Les prénoms épicènes, Amélie Nothomb

DSC_3821.JPG

Résumé : 

Dominique est une jeune femme de vingt cinq ans. Le genre de femme possédant une beauté qu’elle même ignore, ce qui la rend peu sûre d’elle. Lorsqu’elle fait la rencontre de Claude, sa vie prend un tournant radical. Au bout de quelques jours, il la demande en mariage et le jeune couple part s’installer à Paris. Quelques années plus tard, Dominique donne naissance à une petite fille, Épicène. Étrangement, Claude qui avait tant insisté pour avoir un enfant fait un blocage avec sa propre fille et ne lui donne pas d’affection,  allant jusqu’à ignorer son existence.

Mon avis :

C’est désormais mon rendez-vous en librairie incontournable, fin août je suis toujours dans l’attente du dernier Nothomb. J’avais déjà été conquise par « Frappe toi le coeur », « Les prénoms épicènes » est également un gros coup de coeur pour ma part. Après avoir traité du sujet de la jalousie mère/fille, Amélie Nothomb décrit ici une relation haineuse au possible entre un père et sa fille. On retrouve les fondamentaux des livres de l’auteure, le rôle de l’enfance dans l’évolution vers l’âge adulte ainsi que les relations familales complexes. Pour tout vous dire, j’ai lu ce livre d’une traite, aucun moyen de m’arrêter. J’ai adoré le personnage d’Épicène et son caractère bien trempé, retrouver les petites coupes de champagne glissées incognito dans quelques pages. Pour résumer, un grand cru de a part d’Amélie Nothomb encore une fois cette année. Bon, plus qu’à attendre la prochaine cuvée… L’année prochaine.

« -Je n’ai que vingt-cinq ans.

-Et moi, j’ai déjà vingt-cinq ans. Je n’en peux plus d’attendre. »

« Une nouvelle vie commenca, dont Claude s’était volontairement exclu. La mère et la fille devinrent tout l’une pour l’autre. Dominique promenait la petite dans son landau, elle allait aux jardins du Palais-Royal, s’installait sur un banc, asseyait l’enfant sur ses genoux et lui montrait le monde. »

Musique écoutée pendant la lecture : Relaxing piano studio Ghibli complete collection

Ma note : 10/10

Pétronille, Amélie Nothomb

DSC_3168.JPG

Résumé :

Amélie Nothomb est une écrivain en pleine ascension professionnelle. Elle part en quête de la personne idéale pour l’accompagner dans la dégustation et l’ivresse du champagne dont elle elle-même raffole. Lors d’une séance de dédicaces, Pétronille, une jeune fille qui avait l’habitude d’écrire à Amélie Nothomb se présente à elle. Pour Amélie, cette jeune femme semble la candidate idéale pour ses moments d’ivresse. C’est comme cela que débute cette amitié hors du commun.

Mon avis :

J’adore Amélie Nothomb depuis des années maintenant. J’avais évidemment commencé par « Stupeur et tremblements » mais c’est « Acide sulfurique » qui m’avait marqué. Au commencement de chaque nouveau Nothomb, je me réjouis de voir les prénoms les plus improbables qu’elle aura pu trouver. « Pétronille » fait honneur à cette règle tacite et est largement inspiré de sa vie. Elle arrive ici à décrire sa relation presque fusionnelle avec le champagne ainsi que son besoin de le partager. Une très jolie histoire qui se lit aussi vite qu’une coupe de champagne ne se vide. Avec une fin des plus étonnantes, je reconnais être resté sans voix. Pour l’avoir rencontré en séance de dédicaces, je confirme qu’elle a toujours sa petite coupe de champagne à ses côtés. À consommer sans modération en attendant le prochain grand cru prévu pour fin août.

« L’ivresse ne s’improvise pas. Elle relève d’art, qui exige don et souci. Boire au hasard ne mène nulle part. »

« Boire en voulant éviter l’ivresse est aussi déshonorant que d’écouter de la musique classique en se protégeant contre le sentiment du sublime. »

« Pourquoi du champagne? Parce que son ivresse ne ressemble à aucune autre. »

Musique écoutée pendant la lecture : Comptine d’un autre été, Yann Tiersen

Ma note : 9/10