Les noces de la renarde, Floriane Soulas

Résumé :

Nous sommes en 2016 à Tokyo. Mina, une adolescente à priori comme les autres dissimule un secret. Elle a le don de voir les yokaï, les esprits du folklore japonais.

La jeune femme vit assez mal ce don et se renferme sur elle-même, se sentant déconnectée de la réalité. Un peu perdue dans ce monde dans lequel elle ne se sent pas à sa place, Mina va avoir l’opportunité d’en savoir plus sur son passé avec l’aide de Natsume, une camarade de classe. Et si la clé pour se construire était liée à Hikari, une déesse de la forêt vivant en 1467. Cette dernière est fascinée par les humains mais le contact avec eux est formellement interdit par son clan…

Mon avis :

Le Japon et ce qui l’entoure me fascine, notamment ce qui concerne son folklore. Je l’avoue, j’ai eu ma période à l’adolescence où je n’avais qu’un rêve : partir vivre au Japon. Cela m’est passé mais je reste attachée à cet univers, cette culture qui est si riche. En lecture j’avais trouvé satisfaction avec le manga « Noragami » et les livres illustrés par Benjamin Lacombe. Et désormais je peux ajouter à  ma liste « Les noces de la renarde » de Floriane Soulas. Une autrice que j’avais découvert avec l’excellent « Rouilles » (plutôt dans un registre steampunk). Ici, le lecteur est transporté dans les légendes et folklores du Japon. On sent que l’autrice s’est beaucoup documentée sur le sujet et a eu envie de nous transmettre ses connaissances. Entre Mina et Hikari, nous voyageons entre deux époques, entre deux histoires qui ne donneront leur lien que dans les derniers chapitres. Deux femmes aux caractères bien différents. Mina est plutôt réservée, effacée à cause de son aptitude à voir les yokaï. Elle ne rêve que d’une chose, être comme tout le monde et vivre dans l’ignorance. En voulant aider une amie à enquêter grâce à ses dons, elle va avoir l’opportunité d’en apprendre plus sur son passé, ce qui pourrait l’aider dans son présent. Et puis il  y a Hikari, une déesse chasseuse de la forêt qui peut se transformer en renard. La loi de son clan est formelle, il est interdit d’approcher les humains, sauf pour les tuer si ils s’aventurent sur leur territoire. Mais lorsque son regard croise celui de Jun, un bûcheron du village voisin, ses convictions sont mises à rudes épreuves. D’un côté, sa curiosité la pousse à en savoir plus sur les mortels, mais elle sait qu’elle risque l’exclusion voir même la condamnation de son clan. Sans le savoir, le destin des deux femmes sont liés. Au delà de tout cela, ce livre est un message fort de tolérance, à accepter les différences et surtout aider les autres plutôt que de les stigmatiser. Une histoire magnifique et riche en rebondissements que je conseille pour les habitués au registre mais aussi aux curieux qui souhaiteraient découvrir la culture japonaise.

« La détresse et la souffrance d’Emiko, Mina les connaissait, elles faisaient écho aux siennes. Ce sentiment vertigineux de solitude quand personne d’autre ne sait ni ne peut comprendre ce qu’il vous arrive. Quand vous-même avez trop honte pour en parler. Mina avait passé sa vie à se sentir anormale et à être traitée comme telle. Mais aujourd’hui, quelque chose avait changé. »

« Hikari se dissimula dans la ramure d’un arbre et observa le bûcheron quitter la clairière à temps. Ses doigts jouèrent un moment avec le pendentif de bois qu’il lui avait offert. Il était grossièrement taillé et peu raffiné, mais il constituait un lien. Entre elle et cet homme. Et l’existence de ce lien lui plaisait. Après tant d’années à observer sans se dévoiler, à s’émerveiller en secret, sans personne avec qui partager sa fascination des humains, enfin elle avait fait quelque chose de fou. Un pas vers ces être fragiles qui la troublaient tant. »

Ma note : 8/10

2 commentaires sur “Les noces de la renarde, Floriane Soulas

    1. Tout à fait d’accord ! Si vous aimez les histoires sur les yokaï, je vous conseille les histoires de fantômes du Japon illustrés par Benjamin Lacombe. Une merveille !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s