Cinq doigts sous la neige, Jacques Saussey

Résumé :

Nous sommes dans les Vosges en 1975. Alexandre, un adolescent, est le fils d’un écrivain connu et parvient à convaincre ce dernier de le laisser organiser une fête avec ses amis dans leur immense maison perdue en montagne. Marc, le père, réticent dans un premier temps finit par accepter.

Depuis le décès de sa femme il y a cinq ans, il essaye de tout faire pour rendre son fils heureux. La fête commence, tout se passe bien. Jusqu’à ce que d’importantes chûtes de neige viennent isoler la maison, la coupant du monde. Empêchant les parents de venir chercher leurs adolescents. Ces derniers vont devoir passer la nuit ici, isolés. Loin de se douter que cette nuit va changer leur vie à tout jamais…

Mon avis :

Avec toute la neige qu’il y a par chez moi en Suisse, le temps était idéal pour découvrir Jacques Saussey avec son dernier livre, « Cinq doigts sous la neige ». Je ne vais pas vous faire attendre plus longtemps, c’est un véritable coup de cœur. L’histoire commence assez rapidement à cette fameuse soirée qu’Alexandre a organisé. Des vinyles (oui n’oubliez pas que nous sommes en 1975), une quinzaine de jeunes dans une maison coupée du monde. Lorsque la neige s’en mêle, bloquant l’accès à la demeure, on sent de suite que quelque chose de grave va se passer. Mais quoi ? Je vous en laisse la surprise. Car c’est la grande force de cette histoire qui se déroule majoritairement sur vingt-quatre heures et en huis clos, comme une pièce de théâtre. Un cadre spatio-temporel restreint, des personnages qui semblent n’avoir rien en commun. Et pourtant. Tous sont liés dans cette intrigue qui révèle ses subtilités au fil des pages. L’auteur a réussi par un tour de passe passe à relier le tout, à créer des liens là où le lecteur n’en attends pas. Le tout donne une intrigue qui repose sur le mensonge. Oui, vous savez, ces mensonges qui rongent, qui vous font faire tout et n’importe quoi pour cacher la vérité. Et qui vous mettent dans des situations souvent beaucoup plus délicates qu’au départ. Ajoutez à cela une ambiance d’enquête un peu « vintage » de l’époque volontairement souhaitée par l’auteur afin que le déroulement de celle-ci puisse être crédible. Une lecture qui vous accroche dans les premières pages et vous transportera dans des émotions variées jusqu’aux dernières pages. Une histoire que j’ai dévoré avec une fin jubilatoire tout en étant effrayante (oui c’est possible et vous comprendrez en le lisant). Un coup de cœur que je vous recommande de toute urgence.

« Contrairement à ce que beaucoup de ses lecteurs semblaient croire, la magie de l’écriture ne réside pas dans une recette toute faite. Une rivière ne se demande ni comment ni pourquoi elle coule. Elle coule et c’est tout. Toute la technique, la grammaire, la syntaxe, l’orthographe n’étaient là que pour servir ce flux qui ne devait rencontrer d’autre obstacle que les méandres de son imagination. À l’instar du jazzman porté par une gamme connue de lui seul, il improvisait au fur et à mesure tandis que les blocs de son intrigue prenaient place autour de lui. »

« Le garage était vide. Soudain, un cri perçant retentit à l’extérieur, juste devant la porte grande ouverte. Un cri de jeune femme. »

Ma note : 10/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s