Le sang des Belasko, Chrystel Duchamp

Résumé :

Après le décès de leur père, cinq frères et sœurs se retrouvent dans la maison familiale, la Casa Belasko, une immense bâtisse située au cœur d’un domaine viticole de Provence. Chacun prend sur soi pour laisser de côté les vieilles rancœurs afin de lire les dernières volontés du défunt. Mais à l’ouverture de la lettre, rien ne va se passer comme prévu car elle contient une révélation choc.

Il leur dévoile que leur mère ne se serait pas suicidée, comme l’avaient constaté les médecins, mais qu’elle aurait été assassinée. Mais par qui ? Cette nuit les langues vont se délier et les non-dits vont exploser. Une nuit qu’ils vont passer sous l’œil de la maison…

Mon avis :

Si vous me suivez depuis quelques temps, vous avez vu passer ma chronique sur le premier livre de Chrystel Duchamp, « L’art du meurtre ». Si ce n’est pas le cas il n’est pas trop tard pour se rattraper et lire mon avis sur cette pépite. Alors lorsque son petit dernier, « Le sang des Belasko » est sorti, je me suis précipitée dessus. Une intrigue totalement différente du précédent, ce qui prouve que l’autrice maitrise l’art de diversifier. Ici, elle livre un huis clos oppressant dans un cadre temporel restreint (une nuit). Une histoire dans laquelle les chapitre alternent les points de vues de chaque enfant. Ce qui permet de proposer leurs visions, ressentis et émotions. On découvre successivement Solène, petite protégée des parents, Garance, celle qui a fait faillite et ne s’en remet pas, Mathieu, qui a un petit problème de violence, David, celui qui a réussi professionnellement, Philippe, celui qui a eu une relation avec la femme de Mathieu. Des caractères bien différents, tout pour une nuit de révélations explosives. Durant ce cours laps de temps nous assistons à une famille qui se déchire, à des révélations, chacun défendant son point de vue. Le tout au sein de cette maison familiale qui semble avoir également son rôle à jouer. La tension monte et le lecteur sent que rien ne sera jamais plus comme avant lorsque le jour se lèvera. L’heure des réglements de compte a sonné et l’on assiste impuissant à ce déferlement de haine, de rancœur. Une histoire qui touchera tout le monde de par le sujet de la famille. Chaque famille a ses secrets, ses mensonges et chacun peut se reconnaître dans cette histoire. Les enfants se déchirent, mais n’est-ce pas la faute de leurs parents ? On se rend compte au fil des pages qu’ils ont leur part de responsabilité dans ces mauvaises relations entre frères et sœurs. Un livre incroyable, un véritable Cluedo que j’ai dévoré en moins de vingt-quatre heures. Un page turner efficace, marquant mais également surprenant. Une pépite que je vous recommande.

« Certains jours sont restés gravés dans ma mémoire. Celui où les Belasko franchirent mon seuil en est un. Avant leur arrivée, j’étais seule, salie, meurtrie. Le lierre m’étouffait, mes murs se fissuraient, mon toit laissait entrer la pluie. Abandonnée des humains, j’avais perdu toute ma splendeur. »

« Je n’ai rien à te dire. Et la mort de notre père ne changera rien au mépris que tu m’inspires. »

« La lettre fut posée au centre de la table et les langues se délièrent enfin. Les voix tremblaient et oscillaient entre l’incompréhension, le chagrin, la colère. Elles se croisaient, se chevauchaient, prenaient des routes incertaines. Le ton monta et, dans la salle à manger, naquit la discorde. Le silence n’était plus. Un brouhaha insupportable l’avait remplacé. »

Ma note : 10/10

2 commentaires sur “Le sang des Belasko, Chrystel Duchamp

Répondre à Light And Smell Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s