Les protégés de sainte Kinga, Marc Voltenauer

Livre envoyé par la maison d’édition « Slatkine & Cie »

Résumé :

L’inspecteur Andreas Auer doit se rendre en urgence à Bex. Une prise d’otages a eu lieu dans les mines de sel, un lieu très touristique de la région. Pour compliquer la chose, une classe d’élève en visite scolaire fait partie des otages.

Le preneur d’otages, un homme déguisé en Charlot semble très organisé, déterminé et sûr de lui. Ce qui ne facilite pas la tâche des équipes d’interventions. Tic tac, le compte à rebours est lancé pour essayer de sauver tout le monde. Mais cette histoire semble reliée au passé qui entoure la mine. Notamment l’histoire d’Aaron Salzberg, un homme qui a quitté la Pologne pour tenter sa chance dans les mines de Bex en 1826…

Mon avis :

Quel plaisir de retrouver Marc Voltenauer, chaque année je me réjouis de découvrir une nouvelle intrigue en Suisse avec Andreas Auer. Cette année, l’auteur nous fait voyager entre deux époques avec pour élément central les mines de sel de Bex. On sent de suite que beaucoup de recherches ont été faites pour apporter un côté réel à l’intrigue et c’est quelque chose que j’apprécie énormément. L’histoire fourmille de détails, d’anecdotes sur cet endroit et surtout sur son passé. Mais pas seulement. Car l’auteur fait partie de ceux qui ont le souci de la précision dans les moindres détails. Tout est décrit est renseigné à la perfection, autant sur le côté enquête policière que concernant le passé dans la région de Bex. Les chapitres alternent passé et présent, donnant un rythme intéressant à l’histoire, permettant de jongler entre l’adrénaline de la prise d’otages et l’histoire d’Aaron Salzberg. Il n’y a pas de temps morts, le lecteur est de suite immergé au cœur des mines et pris en otage dans la lecture. Concernant les personnages, le preneur d’otage m’a de suite interpellé. Pourquoi se déguiser en Charlot ? Et surtout quelles sont ses revendications ? Les réponses sont distillées au compte goutte au fil des pages, permettant de tenir le lecteur en haleine. Et petit à petit, on se rend compte qu’il s’agit plus que d’un simple roman policier. Vous tenez ici entre les mains un véritable livre de société, terriblement actuel. Des messages forts qu’il est important de véhiculer. Je n’avais pas vu venir certaines directions prises par l’écrivain et je me suis laissée guider avec plaisir. Une lecture qui fait réfléchir et se remettre en question. Le tout dans un décor de carte postale que je connais bien. C’est aussi le gros plus, de totalement visualiser les lieux de l’intrigue, donnant un réalisme fort à l’ensemble. Et lorsque le lien se fait entre les intrigues du passé et du présent, tout s’éclaire et on ne peut que souligner la bonne idée. Pour une expérience totale je ne peux que vous conseiller de lire les précédents ouvrages de Marc Voltenauer dans l’ordre. Mais ici peu d’éléments font références aux enquêtes précédentes. J’ai été convaincue par ce volume, une histoire qui m’a tenue en haleine jusqu’aux dernières pages. Si vraiment je devais souligner un point négatif cela serait peut-être quelques longueurs et complexités dans l’intrigue de 1826. J’avais parfois du mal à y retourner, cela est aussi du au fait que l’intrigue avec la prise d’otage me passionnait et que je n’avais qu’une hâte, y retourner. J’attends déjà les prochaines aventures de l’inspecteur Auer, même si je dois dire que je me languis de découvrir d’autres protagonistes.

« Les croyances et les convictions étaient pour lui les principaux dangers qui guettaient l’humanité. Persuadé de détenir la vérité, chacun s’enlisait dans ses propres certitudes, renforçant ainsi sa propre ignorance. »

« Un homme déguisé en Charlot, pantalon trop ample tirebouchonnant sur de grandes chaussures, apparaît à l’écran, à l’entrée d’une cavité creusée dans la roche. Il se tient derrière une barrière en bois, arc-bouté sur sa canne, les jambes croisées, visage tourné vers la caméra. L’objectif zoome sur lui. Il porte, vissé sur sa tête, un chapeau melon d’où dépassent des cheveux frisés et tire la langue sous sa moustache. »

Ma note : 7.5/10

2 commentaires sur “Les protégés de sainte Kinga, Marc Voltenauer

    1. Alors pour le coup il peut vraiment se lire seul. Mais c’est clair que le mieux c’est de lire dans l’ordre. Mais dans celui-ci la vie personnelle d’Andreas Auer est un peu en parenthèse 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s