Ceux qui voulaient voir la mer, Clarisse Sabard

Résumé :

Un beau jour, Lilou plaque sa vie parisienne et débarque à Nice avec Marius, son fils. L’occasion de donner un nouveau souffle à sa vie. Le destin va mettre sur sa route Rose, une vieille dame qui fixe la mer tout les jours assise sur son banc.

Cela attise la curiosité de Lilou qui finit par engager la discussion avec Aurore. Cette dernière se lance alors dans le récit de l’amour de sa vie, Albert, parti un beau jour pour New-York pour ne jamais en revenir. Alors depuis elle attend patiemment son retour, pour qu’ils puissent à nouveau voir la mer ensemble…

Mon avis :

Pour commencer, si vous comptez lire « Ceux qui voulaient voir la mer », munissez-vous au préalable d’une boîte de mouchoirs. Car Clarisse Sabard nous livre ici le récit d’une histoire d’amour d’une puissance rare. Lorsque Lilou se lie d’amitié avec Aurore, cette dernière lui propose de lui raconter son histoire d’amour avec Albert afin de transmettre ses mémoires à sa petite fille. Le lecteur se trouve alors embarqué dans les terribles événements des années 43/45 nous plongeant alors dans la ville de Nice en train d’être occupée par les allemands. Puis le récit continue dans le New-York des années 1950. Le tout en continuant de suivre la nouvelle vie de Lilou à Nice. D’un chapitre à l’autre, j’ai été transportée par toutes ces époques, m’attachant à tous ces personnages. Aurore, Albert, Suzie ou encore Rupert resteront gravés en moi. J’en profite également pour souligner le fabuleux travail de recherche que l’autrice a effectué, immergeant parfaitement le lecteur dans chacune des époques racontées. Jusqu’à la fin je me suis fais avoir et surprendre par les révélations de cette histoire incroyable. J’ai assisté impuissante aux révélations bouleversantes des dernières pages. Je ne peux que vous conseiller cette lecture extraordinaire qui vous transportera par toutes sortes d’émotions, du rire aux larmes. Un gros coup de cœur.

« Les regrets, c’est exactement comme les yaourts à la cerise. Personne n’en veut. »

« Toutefois, c’est ça, la vie. On cherche à avancer en colmatant nos fissures, pourtant elles sont là, au plus profond de nous, prêtes à nous ronger l’existence. »

Musique écoutée pendant ma lecture : https://www.youtube.com/watch?v=-ez5xl6VoGM&ab_channel=Dr.SaxLove

Ma note : 10/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s