The doll factory, Elizabeth Macneal

20200729_161005-01

Résumé :

L’histoire se déroule à Londres en 1850. La ville est en pleine effervescence car elle s’apprête à accueillir l’Exposition universelle. Le milieu artistique s’active, chacun voulant exposer au cœur du Crystal palace.

Dans cette ambiance, Iris, une jeune femme peignant des poupées dans une petite boutique rêve de nouveaux horizons. De pouvoir enfin exprimer sa créativité sur une toile et surtout de s’échapper de la vie que son entourage lui impose. Et puis il y a Silas, un taxidermiste renommé fasciné par l’étrange et les curiosités. Par l’intermédiaire d’un ami commun, leurs routes se croisent et Silas est immédiatement fasciné par Iris. Cette dernière fait également la connaissance de Louis Frost, un peintre préraphaélite qui lui propose de devenir sa modèle pour son prochain tableau. L’occasion rêvée de quitter ce quotidien, de goûter à la liberté. Mais Silas rôde et sa fascination pour la jeune femme devient de plus en plus inquiétante…

Mon avis :

Cette chronique a été particulière à préparer car c’est une lecture pour laquelle je me suis remise à la VO. J’avais déjà fais l’expérience avec les premiers volumes d’Harry Potter. Mais c’était la première fois que je lisais un livre plus complexe dans sa version originale. Et je dois dire que ça a été une réussite, surtout avec cette histoire en plein Londres des années 1850. J’étais totalement immergée dans cette époque. Il m’a fallu un petit rodage de quelques pages, mais très vite j’ai su trouver mon rythme. L’histoire est riche en détails, en descriptions, ce qui permet au lecteur de vivre une expérience incroyable. Les personnages sont tous travaillés, plus incroyables les uns que les autres et dotés de fortes personnalités. Ces derniers sont également associés à des palettes de couleurs, à des ambiances. Par exemple pour Iris, le monde est plus coloré, plein de vie. Alors que pour Silas, l’obscurité règne aux côtés du champ lexical de la mort. Tous les sens possibles sont exploités ici, il m’arrivait souvent de sentir les odeurs selon les passages tant les mots choisis étaient justes. « The doll factory » mêle réalité et fiction puisque l’action se déroule en plein essor de l’art préraphaélite. Certains personnages ont donc bien existé (je vous laisse la surprise de découvrir lesquels), ajoutant d’autant plus ce côté réel à l’intrigue. Si vous êtes en plus amateur d’art, vous saurez apprécier les références. Notamment le fait que les scènes sont très descriptives, les couleurs détaillées, tout comme les textures. Elizabeth Macneal aurait pu choisir de faire simplement un récit historique de cette période mais elle a fait le choix d’en faire quelque chose de plus original, de plus fantastique, à la limite du thriller ce qui donne un rendu incroyable. Une plume poétique qui sait manier les mots, une intrigue fabuleuse, tout cela fait que le livre est une réussite à mes yeux. En revanche, je ne sais pas si cette lecture aurait eu autant d’impact sur moi si je l’avais lu en version traduite.

« The slender Regent Street shop is wedged between two rival confectioners. Due to slight fissures in the chimney, Mrs Salter’s Doll emporium is perpetually filled with the smells of boiled sugar and burnt caramels. Sometimes, Iris dreams of eating bonbons and plum jellies, perfect little cakes with flared pastry and whipped cream, of riding gingerbread elephants down to Buckingham Palace. »

« He told her earlier that a true painter sees the world like a tableau; a series of angles and shapes, a movement that could be paused and captured. There are so many questions she would like to ask, and she feels like a little girl again, tugging her mother’s hand, asking why pigeons have wings and why sugar is grated from cones. »

Musique écoutée pendant la lecture : Studio Ghibli piano music

Ma note : 8/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s