Il était deux fois, Franck Thilliez

20200704_164417-01

Résumé :

Nous sommes en 2008. Le lieutenant Gabriel Moscato vit un véritable cauchemar. Sa fille Julie âgée de dix-sept ans est portée disparue depuis environ un mois.

Elle était partie comme à son habitude faire du vélo dans la montagne, mais n’est jamais revenue. Ce drame bouleverse la tranquillité du petit village tranquille de Sagas. L’enquête amène Gabriel à se pencher de plus près sur l’hôtel de la Falaise, un lieux où Julie avait travaillé pendant une saison. Il loue donc une chambre, la numéro 29, et passe la nuit ici. Dans la nuit, des bruits sourds interrompent son sommeil et il assiste à une scène surréaliste : des oiseaux morts tombent du ciel par centaine. Pire encore, pourquoi n’est-il pas dans la même chambre que la veille ? Pourquoi son crâne est-il rasé ? Et le tatouage du prénom de sa fille enlevé au laser ? Le choc est encore plus brutal quand il descend à la réception pour avoir des explications et qu’il se rend compte qu’il n’est pas en 2008 mais en 2020. Que s’est-il passé pendant ces douze années ? Arrivera t’il à trouver ce qui est arrivé à sa fille ?

Mon avis :

Chaque année Franck Thilliez monte encore le niveau de la perfection d’un cran. Ici, cela ne fait pas exception à la règle et l’auteur nous livre un écrit d’une grande qualité. Toujours avec la mémoire, un sujet que Franck Thilliez aime particulièrement traiter dans ses livres. Ici, nous suivons les péripéties de Gabriel Moscato et son amnésie totale de douze ans. Il va devoir refaire le travail en sens inverse et retrouver les pistes qu’il avait déniché concernant la disparition de sa fille. Le désespoir de ce père est très bien travaillé, on est à ses côtés avec l’envie de retrouver les coupables de la disparition de sa fille, l’espoir de savoir si elle est encore vivante. J’ai beaucoup apprécié les références à l’actualité dispersées au fil des pages, réaliser qu’en douze ans le monde a énormément changé et évolué à une vitesse incroyable. Vous l’aurez remarqué, sur ma photo j’ai mis également « Le manuscrit inachevé », je suis d’ailleurs contente de l’avoir lu récemment. La raison est simple, vous pouvez lire « Il était deux fois » sans avoir lu « Le manuscrit inachevé ». MAIS, vous n’apprécierez pas autant la lecture sans avoir lu ce dernier au préalable. Car oui, après avoir été un coup de cœur pour beaucoup de lecteurs, moi y compris, Franck Thilliez a réussi l’exploit d’intégrer son précédent livre à « Il était deux fois ». Oui, vous n’avez pas fini d’entendre parler des palindromes, d’ailleurs le village Sagas ne vous fait pas tilter ? Une prouesse qui apporte des réponses à certaines questions et qui en donne un autre sens. Un incroyable travail d’écriture qui solidifie deux histoires, deux intrigues, et qui prouve encore une fois le travail de titan que l’auteur fait en préparant ses livres. J’étais littéralement happée par ma lecture jusqu’au final explosif. Tout était réussi. Le lieu du village imaginaire de Sagas, les personnages et surtout un suspens maîtrisé à la perfection. Concernant les personnages, j’ai particulièrement aimé le capitaine Paul Lacroix, un ancien collègue de Gabriel qui malgré des différents va tout faire pour découvrir la vérité et l’aider à retrouver la trace de sa fille. Je reste un peu dubitative concernant des révélations cachées auxquelles j’ai du mal à croire. Mais à part cela, c’est une lecture bouleversante qui fait encore réfléchir sur le mal que l’homme est prêt à faire pour assouvir des passions, une mise en abîme réussie sur les vices les plus obscurs. Je peux difficilement vous en dire plus sans vous en dévoiler davantage. Mais foncez lire cette pépite, vous n’en ressortirez pas indemne. Une lecture qui vous hantera et vous fera réfléchir même un fois que les dernières pages seront refermées.

« Il feuilletait un journal dans le hall de l’hôtel, dévorait chaque article. Abasourdi. Étranger à sa propre planète. Dans son esprit, Obama avait le vent en poupe, il entendait encore son discours diffusé sur toutes les télés du monde, son « Yes we can ». Alors qui était ce gros joufflu à la cravate rouge vif et à la chevelure couleur paille ? Pourquoi annonçait-on le cinquième anniversaire d’attentats ayant eu lieu en 2015 à Paris ? Qu’étaient Uber et Deliveroo ? On décrivait un monde qui n’était pas le sien. Toute cette technologie énigmatique, ces mots incompréhensibles, ces portraits de personnalités inconnues… »

« Le lac Miroir apparut après une courbe. Il devait son nom à la pureté avec laquelle il reflétait les parois du cirque granitique qui l’entouraient, sublime ensemble de falaises aux tons variant du gris foncé au blanc laiteux. Avec des conditions météo parfaites – soleil, absence de vent -, on avait, en s’approchant de ses bords, l’impression de chuter dans un trou sans fond creusé dans la montagne. Mais ce jour-là, il n’était qu’une plaie sombre coiffée de brume. »

Musique écoutée pendant ma lecture : Shutter island soundtrack

Ma note : 10/10

Un commentaire sur “Il était deux fois, Franck Thilliez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s