Dragon rouge, Thomas Harris

20200618_142720-01

Résumé :

Un mystérieux meurtrier sévit et a déjà tué deux familles entières, l’une à Atlanta, l’autre à Birmingham. Le mode opératoire reste le même. Plus étrange encore, le tueur semble se fier au calendrier lunaire pour effectuer ses crimes. Si les calculs de la police sont bons, il ne reste plus que trois semaines avant les prochaines victimes.

Le temps presse et personne ne semble capable de découvrir qui se cache derrière le tueur surnommé le « Dragon rouge ». Jack Crawford, chef du département des sciences du comportement a une idée en tête pour arrêter le coupable. Qui de mieux pour cela que Will Graham, l’homme qui a permis l’arrestation du célèbre Hannibal Lecter. Dans une course infernale contre la montre, l’enquête s’annonce complexe…

Mon avis :

Après « Hannibal Lecter, Les origines du mal », je me suis lancée dans ce volet de la saga. À l’origine, « Dragon rouge » est le premier livre qu’a publié Thomas Harris. Par la suite, il a approfondi le personnage d’Hannibal Lecter qui est ici finalement peu présent. Il faut bien garder en tête que ce livre date de 1981, ce qui en fait pour moi un précurseur du genre littéraire du thriller. Un art de maîtriser les retournements de situation qui depuis ont inspiré bon nombre d’écrivains. J’ai bien aimé ma lecture, la plume de l’auteur qui a cette force de vous effrayer avec peu de mots mais bien choisis. Finalement, les détails superflus ne sont ici pas présents pour se concentrer sur l’essentiel. C’est vraiment ce que j’aime dans cette série, le gore n’est pas gratuit. La violence reste présente mais lorsqu’elle est utilisée, c’est pour une bonne raison. Très vite, le lecteur fait connaissance avec le tueur en série qui menace de frapper à nouveau. Ce personnage m’a glacé le sang de part sa maîtrise du comportement et de ses émotions. Un homme détruit avec une psychologie très complexe ainsi qu’une détermination sans faille pour aller au bout de son projet. Je m’attendais à voir un peu plus le personnage d’Hannibal, mais le peu que j’en ai aperçu ici est effrayant à souhait. J’espérais également plus de confrontation entre ce dernier et Will Graham comme le laissais supposer l’intrigue. Malgré quelques petites longueurs, j’ai passé un bon moment de lecture et je me languis surtout de bientôt m’attaquer au fameux « Le silence des agneaux » pour voir Hannibal Lecter dans toute sa splendeur.

« C’est un monstre. Il est pour moi comme l’un de ces êtres pitoyables qui naissent parfois dans les hôpitaux. On les nourrit, on les tient bien au chaud, mais si l’on ne s’en occupe pas, ils meurent. Lecter fonctionne comme ça dans sa tête, mais il est physiquement tout à fait normal et personne ne pourrait s’en douter, à le regarder. »

« Le passé ne lui est d’aucune importance; seule compte la Gloire à venir. Il ne pense pas à la maison de sa mère. En fait, ses souvenirs conscients de cette époque sont extraordinairement rares et flous. »

Musique écoutée pendant ma lecture : Red dragon soudtrack, Danny Elfman

Ma note : 8/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s