Hannibal Lecter, Les origines du mal, Thomas Harris

20200601_141029-01

Résumé :

Le jeune Hannibal Lecter est un enfant surdoué, avec une façon bien à lui de voir le monde. Sa jeunesse va cependant être assombrie par la guerre et ses ravages. Après avoir fui leur château, sa famille est tuée, il restera seul survivant et ne gardera pas de souvenirs de ce qu’il s’est passé.

Quelques années plus tard, toujours marqué par ce qu’il a vécu, il est recueilli par son oncle et sa femme, Dame Murasaki et il essaye de se reconstruire tant bien que mal. Ses nuits son rythmées de cauchemars et avec le temps, les souvenirs lui reviennent, notamment concernant la mort de sa petite sœur Mischa. Désormais, la vengeance s’impose à lui…

Mon avis :

Grand classique du roman policier, la série Hannibal attendait sagement son tour dans ma bibliothèque. Je repoussais un peu ma lecture, par peur. Car oui, j’ai beau lire beaucoup de policiers et de thrillers, je m’étais dis que ces livres devaient vraiment être à la limite du supportable. Et j’ai été énormément surprise. Tout d’abord par l’écriture qui la plupart du temps se révèle très poétique, très descriptive. Le choix des mots que Thomas Harris utilise rend ce livre très particulier. Il arrive en effet à vous plonger dans la tête du jeune Hannibal Lecter, un jeune aristocrate surdoué qui sait garder ses manières en toute circonstances. Ici, oubliez le gore gratuit, tout n’est que finesse et élégance. Et c’est ce qui m’a énormément plu. J’ai particulièrement apprécié la rencontre entre Hannibal et Dame Murasaki ainsi que la relation particulière qui se tissera entre eux. On ne peut que s’attacher au jeune Hannibal Lecter lorsque l’on comprend les horreurs qu’il a vécu pendant la guerre. Ce vécu fait parti de lui et l’a brisé à jamais, ce que redoute Dame Murasaki. Une lecture très intéressante pour comprendre comment un enfant peut se transformer en monstre. Au final, très peu de scènes sont violentes et encore elles sont bien loin de l’idée que je m’en faisais. Au moment où j’écris ces lignes je suis en train de terminer « Dragon rouge » qui pour l’instant continue de confirmer la plume particulière de Thomas Harris ainsi que la réussite de la création de son personnage clé, Hannibal Lecter.

« Toucher le réel vaut mieux que marcher sur le pont des rêves. »

« Il remarque les dessins complexes que la fumée d’encens bleue trace dans l’air devant la fenêtre, simulant un passage d’oiseaux lointains, la veine bleutée sur l’avant-bras de Dame Murasaki quand elle soulève une fleur, les rayons de soleil qui virent au rose en traversant son oreille délicate. Le luth de Chiyoh sonne doucement derrière un paravent. »

Musique écoutée pendant ma lecture : Hannibal Rising, Agnus Dei

Ma note : 7/10

Un commentaire sur “Hannibal Lecter, Les origines du mal, Thomas Harris

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s