Miracle, Solène Bakowski

20200422_150928-01

Résumé :

Laure, vingt et un ans, est une jeune femme heureuse, elle fait un métier qu’elle aime : professeur de surf. Sa vie bascule après des examens médicaux. Le verdict est sans appel.

Elle souffre d’une tumeur au cerveau. Inopérable. D’après le spécialiste, il lui reste deux, trois ans maximum à vivre. Après le choc de l’annonce, elle prend une grande décision, celle de réparer le bateau de son père, ancien champion de courses nautiques et de faire en solitaire la traversée de l’Atlantique. Pour cela, elle lance une cagnotte en ligne pour financer son rêve. Mais Laure va très vite se retrouver dépassée par les événements et l’emballement médiatique autour de son histoire. La spirale infernale est lancée, le début de la fin.

Mon avis :

Depuis son lancement, la maison d’édition Cosmopolis ne cesse de me surprendre. Et avec Solène Bakowski, c’est encore une réussite. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec cette lecture, ce qui a rendu mon expérience encore meilleure. Une lecture en deux parties, de véritables montagnes russes émotionnelles. J’ai vécu cette histoire aux côtés de Laure, l’impression que je vivais ce moment avec elle, au point que j’ai dévoré ce livre en deux jours. En plus de la maladie de Laure, le décès de son père reste un fil conducteur à l’intrigue, tout comme le rôle de l’océan. Un autre personnage de « Miracle » et je dirais même le plus important se trouve être les réseaux sociaux. Car oui, ce sont ces derniers qui portent cette histoire. En effet, dès l’annonce de Laure sur internet de son projet et de son histoire, les réseaux sociaux relaient l’information. La suite arrive très vite, sponsors, soutiens, interviews, messages de fans. Mais ce qui touche le plus la jeune femme, c’est de voir le message d’espoir qu’elle transmet à d’autres malades, de voir qu’elle peut être utile à certaines personnes. Petite parenthèse pour le personnage de Lucas, un enfant atteint du cancer qui m’a énormément touché. Sauf qu’il y a un mais. Et lorsque la descente aux enfers commence, le mauvais côté d’internet montre son vrai visage dans toute sa noirceur. Une virulence des plus abjecte, mais malheureusement réelle. Une histoire que je conseille pour se rendre compte du pouvoir des réseaux sociaux, aussi bien en positif qu’en négatif. Le tout avec des surprises inattendues au niveau de l’intrigue et une fin incroyable qui m’a bouleversée. J’ai refermé « Miracle » en état de choc. Bouleversée mais en même temps fataliste car oui, des histoires comme celle de Laure arrivent tous les jours. Le harcèlement en ligne est réel et continue de faire des victimes. Il faut en tirer des leçons à notre niveau personnel. Un gros coup de cœur.

« Elle attend que le docteur parle. Et il parle. Une tumeur. Inopérable. Trop grosse, trop loin, trop risqué. Le cerveau, ce n’est pas simple. Mais, ajoute-t-il, il y a des traitements qui permettent de ralentir la progression, d’atténuer les effets. C’est un coup de massue, une déflagration. »

« La première année, les collègues d’Éric avaient offerts plusieurs jours de leur congé pour lui permettre de passer du temps auprès de son fils. Cette initiative avait profondément ému le couple. Mais cette année, le cas d’Éric ébranlait moins ses collègues de l’entreprise de transports. C’est toujours pareil, la compassion résiste mal à la proximité de la détresse. Et puis on ne peut pas éternellement se départir de ses jours de congé, tout le monde a ses problèmes. »

Musique écoutée pendant la lecture : Se7en soundtrack

Ma note : 10/10

Un commentaire sur “Miracle, Solène Bakowski

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s