Complot, Nicolas Beuglet

20200223_143433-01

Résumé :

Après une enquête compliquée (cf « Le cri »), Sarah et Christopher pensaient avoir droit à un peu de répit. Mais il n’en est rien. L’inspectrice est sollicitée par les Forces spéciales et cela n’augure rien de bon.

Dans le nord de la Norvège, le corps d’une femme a été découvert et pas n’importe laquelle puisqu’il s’agit de la Première ministre. Qui aurait voulu s’en prendre à cette dernière ? Et que signifie le mystérieux tatouage qu’elle a sur le dos ? Sarah comprend très vite que d’autres personnes sont en danger mais dans son enquête quelqu’un semble avoir une longueur d’avance. Le complot est apparement plus important que ce qu’elle ne pouvait imaginer.

Mon avis :

« Le cri » de Nicolas Beuglet avait fait parti de mes coups de cœur de l’année 2018. C’est donc avec grand enthousiasme que j’ai ouvert les premières pages de « Complot ». Très vite je reconnais le style que j’avais aimé dans le précédent livre, c’est direct, on rentre de suite dans le vif du sujet. Une Première ministre tuée ainsi que ses gardes du corps. Tout indique que ce n’est pas le fait d’amateur(s). De plus, Sarah va très vite se douter qu’elle ne peux avoir confiance qu’en elle tant les hautes sphères semblent lui cacher des choses et perturber son enquête. La complexité du meurtre m’a interpellé. J’avais beau essayer de trouver, pas moyen de comprendre. Et c’est ce que j’aime dans les thrillers. Réfléchir, émettre des hypothèses, me tromper, me faire avoir et être totalement manipulée par l’écrivain. Et ici c’est clairement une réussite. J’ai eu un peu peur car très vite, l’auteur nous met sur une piste et pendant une grande partie de l’intrigue on pense avoir tout compris. C’est sans compter sur le talent de Nicolas Beuglet qui vous réserve un retournement de situation magistral dans les derniers chapitres. En plus de livrer un thriller de haute qualité, l’auteur nous pousse à réfléchir sur la place de la femme dans notre société. Un thriller sur fond de féminisme, il fallait y penser. Nicolas Beuglet était journaliste auparavant et cela donne une intrigue parsemée d’anecdotes, apportant un côté réaliste dans sa fiction, ce qui est très appréciable. Je ne peux que vous recommander ce livre qui frôle le coup de cœur pour moi. Cependant je vous conseille de lire « Le cri » avant, cela vous permettra de mieux comprendre le passé des deux protagonistes même si les deux enquêtes sont totalement indépendantes.

« Intriguée, elle le fut tout autant par ce qui attira son attention à hauteur des reins. À première vue, il s’agissait d’une simple forme géométrique tatouée longtemps auparavant si l’on se fiait à la couleur passée de l’encre. »

Musique écoutée pendant la lecture : GOT season 6 OST, Winter has come

Ma note : 9/10