La promesse des ténèbres, Maxime Chattam

20200223_142815-01

Résumé :

Brady O’Donnel, journaliste indépendant à succès a l’habitude de parcourir le monde pour ses articles. Un jour, un ami de longue date le contacte. Il a croisé la route d’une jeune actrice pornographique lors d’une soirée.

Selon lui, elle pourrait être le sujet d’un reportage intéressant sur l’industrie du porno, briser les tabous et sortir des clichés. Après réflexion, Brady se décide à contacter Rubis qui se tire une balle dans la tête devant lui. Il n’a plus le choix, il doit comprendre ce qui est arrivé à cette jeune femme pour qu’elle décide de mettre fin à ses jours, quitte à plonger dans les méandres des ténèbres. De son côté, Annabel, enquêtrice, se retrouve en charge du dossier sur la mort de cette femme. Sauf que Annabel se trouve être la femme de Brady…

Mon avis :

Enfin je me suis lancée dans « La promesse de ténèbres ». Je dis enfin car ce tome clôt la série « Le cycle de l’homme et de la vérité » et permet de répondre à une question existentielle concernant Brady qui est soulevée dans « In tenebris » quand Annabel croise la route d’un certain Joshua Brolin. La boucle est bouclée et avec brio. Je tiens déjà à vous mettre en garde, ce livre est violent, très violent. Âmes sensibles s’abstenir. Ici Maxime Chattam reste dans un thème qui lui est cher : la noirceur humaine. Et plus précisément la violence, la pornographie et son impact sur la société. En enquêtant sur la mort de Rubis, Brady et Annabel O’Donnel vont chacun de leur côté plonger dans un univers qu’ils ne soupçonnaient pas. Un monde qui brise des vies innocentes pour satisfaire des demandes de plus en plus extrêmes. J’ai particulièrement aimé cette lecture ponctuée comme souvent avec cet auteur d’anecdotes véridiques. Ici les chapitres sur les SDF qui vivent dans les souterrains de New-York, une réalité que l’on a tendance à oublier. Certes, le reproche que l’on pourrait lui faire est sa violence. Mais c’est le thème même de cette histoire, traquer la violence humaine et cela ne peut se faire qu’avec des descriptions difficilement supportables mais nécessaires. Le personnage de Brady m’a beaucoup touché. Il est très marqué par le suicide de la jeune Rubis et veut tout faire pour découvrir les coupables responsables de sa détresse, tout en faisant en sorte que sa femme ne le découvre pas. Encore une fois, je ne ressors pas indemne de ma lecture avec une fin en apothéose qui tient ses promesses des ténèbres. Si vous êtes fan comme moi de l’auteur, vous ne pouvez pas passer à côté.

« Les démons. Je n’y ai jamais cru jusqu’à ce que j’en rencontre. Les démons existent, pour de vrai, pas le folklore de Halloween, mais les vraies créatures de Satan. Elles sillonnent nos rues, je les aient croisées. »

« Non, on se démerde. Vous savez il y a trois couches dans le porno. La plus fine, au sommet, c’est le star-system, tout n’y est pas rose, loin de là, mais c’est à peu près acceptable. Les productions à gros budgets, des producteurs connus, bref, c’est le top du top. Peu y accèdent. La couche la plus basse, c’est l’underground, l’amateur. Là tout est possible. Des productions mineures, pour moins de cinq mille dollars ils bouclent un tournage en trois jours. Les filles sont des paumés, parfois droguées. »

Musique écoutée pendant la lecture : Rammstein, Was ich Liebe instrumental version

Ma note : 8/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s