Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie, Virginie Grimaldi

20191108_085309-01.jpeg

Résumé :

En quelques secondes, le monde de Pauline s’effondre. Ben son mari la quitte. Retour à la case départ, chez ses parents mais pas toute seule.

Elle a avec elle son fils de quatre ans. Le moral est au plus mal, elle se laisse sombrer dans un mal-être profond. Alors sa famille lui propose de passer des vacances tous ensemble dans la nouvelle maison de sa sœur au bord de la mer. L’occasion de prendre un nouveau départ, de penser au futur. Sauf que son futur, elle ne l’imagine pas sans Ben. Dans un acte désespéré, elle lui écrit leur histoire, leurs plus beaux moments. Mais à remuer le passé, on fait également surgir de mauvais souvenirs…

Mon avis :

J’avais ce livre de Virginie dans ma bibliothèque depuis quelques temps déjà. Après avoir adoré « Le premier jour du reste de ma vie », il était temps de continuer ma découverte de cette auteure. L’automne étant bien présente, j’avais envie d’un livre feel-good entre deux thrillers. Et cela a encore été une très bonne surprise. Dès le départ, je pensais avoir deviné la fin, je lisais pour me détendre mais sans espérer de grandes surprises. On suit Pauline dans cette rupture difficile, un retour chez ses parents très compliqué. Vient ensuite ces fameuses vacances en famille. Avec au programme des rencontres, jusque là rien de surprenant. Et c’est la grande force de ce livre, au moment où l’on pensait avoir tout compris que Virginie Grimaldi sort un revirement inattendu. Une très belle lecture qui m’a émue, Pauline est un personnage très attachant que l’on a envie de venir aider. Si vous voulez vous lancez dans ce registre mais que vous avez peur des histoires trop niaises, foncez, vous ne serez pas déçu.

« Elle se lève et s’éloigne, suivie de sa longue traîne. Il y a dix ans, nous avions moins de rides, pas d’enfant, plus de légèreté. Nous avions la tête pleine de projets et l’attitude pleine de certitudes. Les projets ont été réalisés, les certitudes ont vacillé. On devrait nous prévenir que devenir adulte donne la gueule de bois. »

« Le serrer fort. Mémoriser son odeur. Résister à l’envie de le retenir. Tourner les talons. Entendre la porte se fermer. Serrer les dents. »

Musique écoutée pendant la lecture : Jeux d’enfants, Love theme

Ma note : 8/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s