La police des fleurs, des arbres et des forets, Romain puértolas

20191010_165525-01.jpeg

Résumé :

Été 1961. Dans la ville de P, un meurtre atroce a eu lieu. Joël a été découpé en morceaux, retrouvés dans des sacs Galeries Lafayette.

Quand l’inspecteur Michel arrive dans ce petit village, il ne se doute pas que cette enquête sera sans doute la plus étrange de sa carrière…

Mon avis :

On pourra dire que la sortie de ce livre n’est pas passée inaperçue. Coup de coeur d’un grands nombre de lecteurs. Une grande première pour ma part, je n’avais pas encore découvert cet auteur. Alors je préfère vous prévenir, une fois commencé, il est très difficile de s’arrêter, au point que je l’ai lu en moins de deux jours. Dès le départ, le lecteur est averti, la résolution de cette affaire est époustouflante. Nous sommes donc dans le village de P., sous le choc, Joël a été tué, découpé en morceaux, dispersés dans des sacs Galeries Lafayette. Le tout caché au fond d’une cuve de l’usine de confiture. N’ayez pas peur, ce n’est pas un livre policier affreux. Ici il s’agit plutôt d’une comédie policière burlesque. Le ton est très vite donné, autopsie réalisée avant que l’inspecteur arrive, coupure des lignes téléphoniques etc. Pour l’inspecteur, cette affaire ne ressemble à aucune autre. Lui plutôt habitué à la ville, à de stricts protocoles, se retrouve ici confronté à la campagne et à des méthodes étonnantes. C’est drôle, très bien écrit avec un rythme haletant. Le genre de livre qui serait intéressant de voir adapté en film. Je ne peux pas tellement vous en dire plus, au risque de vous gâcher votre lecture. Soyez attentifs et lisez cette petite merveille.

« Sur vos instructions et dans le cadre de l’enquête de flagrance que vous venez d’ouvrir, je suis donc arrivé aujourd’hui, par le train de 11h17, au village de P., où a été perpétré, selon votre formule, cet « horrible meurtre d’une violence inouïe » et où l’on a découvert, toujours selon votre information, « hier, tôt dans la matinée, un cadavre découpé et emballé dans huit grands sacs en papier des Galeries Lafayette » (j’ignore encore, à ce stade, la pertinence d’un tel détail) ».

« Au cours de ma carrière, j’ai rencontré des gens envieux, aigris, frustrés, des ambitieux, des sauvages, des psycopathes, des psychotiques, des névrosés, des voleurs, des toxicomanes, des menteurs, des escrocs, des aguicheurs, des aguicheuses, des joueurs, des trafiquants, des receleurs, des assassins, des criminels, des violeurs, des hommes qui battaient leur femme, leurs enfants, ce que l’humanité engendre de pire, mais jamais je n’ai vu ce que je vois dans ce village depuis hier, des gens qui traitent la violence d’une manière si banale, si quelconque. »

Musique écoutée pendant la lecture : Funny quirky comedy

Ma note : 8/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s