Sa majesté des chats, Bernard Werber

20191010_165758-01

Résumé :

Après les derniers événements (voir « Demain les chats »), les chats Bastet, Pythagore et les autres survivants sont à l’aube d’un nouveau monde. Il faut l’organiser, survivre et surtout prendre le pouvoir. Car Bastet en est sûre, après l’humanité, le temps est venu de la félicité.

Plus facile à dire qu’à faire face à de nombreux ennemis…

Mon avis :

En grande fan de Bernard Werber, j’avais bien évidemment lu « Demain les chats lors de sa sortie. Le gros reproche que je lui faisais était que cette fin était très ouverte. Alors j’ai été ravie quand l’auteur a finalement annoncé il y a quelques mois que sa série sur les chats serait finalement une trilogie, voir même plus selon l’accueil du public. L’intrigue mets un petit peu de temps à se mettre en place mais cela permet un retour en arrière appréciable sur les événements du premier tome. En revanche, une fois l’histoire lancée, vous êtes catapulté dans un film d’action, entrecoupé d’anecdotes de l’encyclopédie du savoir relatif et absolu (à vous procurer si ce n’est pas déjà le cas). Comme Bernard Werber aime le souligner lors de conférences, c’est son plaisir de pouvoir créer à l’infini sans les contraintes qu’un film ou une série imposerait. La relation entre Bastet et sa servante humaine franchit encore une étape, que j’ai trouvé très intéressante. Pythagore, le chat possédant un troisième œil (un port USB dans le crâne lui permettant d’accéder au savoir humain) va se révéler plus qu’indispensable dans la construction de ce nouveau monde. Les chats vont vouloir aller encore plus loin dans leur envie de surpasser les Hommes, ils vont devoir apprendre l’art, l’amour et l’humour pour devenir plus « humains ». Encore une fois, la grande force de cet auteur est de raconter une histoire tout en faisant passer un message de fond plus sérieux. Un message d’alerte écologique, sur la fragilité de la survie de l’espèce humaine ainsi que les abus que cette dernière fait subir à la planète. Je pense notamment à une scène dans une certaine usine, vous penserez à moi lors de ce passage, que j’ai trouvé criant de vérité. Ce tome est un cran au dessus du premier , qui avait de mon point de vue posé de bonnes bases. Désormais, chaque personnage évolue dans un monde qui pourrait être plus proche que l’on ne le penserait. De plus, les dernières pages annoncent une suite très prometteuse. Mais je vous rassure, Bernard Werber m’a confié qu’il écrirait très vite le troisième volume. Alors si vous aimez les chats et l’action, découvrez sans tarder cette saga.

« Je ne sais pas vous, mais moi, par moments, j’ai l’impression que je ne suis pas de cette planète. Tous ces êtres qui s’agitent autour de moi me semblent être les acteurs d’un scénario dont j’ignore la trame cachée. »

« Je crois qu’à la naissance est déjà inscrite en nous quelque part la personne que nous allons devenir. Les aléas de la vie ne consistent ensuite qu’à nous indiquer précisément cette trajectoire programmée avant notre premier souffle. Et quand on oublie cette évidence, elle se rappelle à nous n’importe quand et n’importe où, sous forme de rêves, de signes, d’intuitions. »

Musique écoutée pendant la lecture : Winterfell theme

Ma note : 9/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s