L’ombre du renard, Nicolas Feuz

20190925_075042-01

Livre envoyé par la maison d’édition « Slatkine & Cie »

Résumé :

En septembre 1943, Les SS allemands quitent précipitamment la Corse. Dans leur fuite, ils sont chargés de veiller sur une mystérieuse cargaison. Le convoi se fait attaquer et les caisses terminent au fond de la mer.

La légende du trésor de Rommel est née. Neuchâtel, 75 ans plus tard. Lors d’une enquête, un lingot d’or frappé de la croix nazie est découvert, faisant resurgir la légende de ce trésor à la surface. Entre passé et présent, Suisse et Corse, il sera compliqué de démêler cette intrigue.

Mon avis :

Cette critique est un peu compliquée à rédiger pour moi. J’attendais énormément de cette lecture, peut-être trop. Tout était pourtant réuni pour me plaire. L’intrigue, le retour de personnages emblématiques (Hélène et Eric Beaussant du livre « Les bouches » ainsi que la greffière Flavie Keller, le procureur Jemsem ainsi que Tanka Stojkaj du livre « Le miroir des âmes ») ainsi que le mélange passé/présent souvent utilisé avec réussite par Nicolas Feuz. Mais malheureusement, cela n’a pas fonctionné avec moi cette fois. Tout d’abord, je me réjouissais de retrouver l’adjudant-chef Eric Beaussant, personnage emblématique du merveilleux « Les bouches ». Ici, on le retrouve au plus mal, à enquêter sur le mystérieux trésor de Rommel. Et je dois avouer que j’ai eu du mal à accrocher à la raison évoquée concernant son implication dans cette recherche. Un personnage auparavant très bien travaillé qui se retrouve ici effacé et peu crédible. Plus important, je n’ai pas été captivée par l’intrigue dû à un gros manque de suspense. En revanche, j’ai adoré certains passages, principalement les périodes en 1943 dont j’aurais aimé avoir plus de détails comme l’auteur sait en plus si bien le faire. Le gros plus de ce livre est le rythme, j’ai eu l’impression de regarder une série, les chapitres sont courts et les pages se tournent à une vitesse folle. L’idée de croiser des enquêteurs suisses ainsi que français était très bien trouvée mais le rendu ne m’a pas convaincu. Sans compter cette fin qui m’a beaucoup déçue… Je pense que le livre peut vous plaire si vous découvrez Nicolas Feuz et que vous n’avez pas lu « Les bouches » qui pour moi est une grande réussite à laquelle cette suite est de trop. C’est un auteur qui vous imprègne dans ses intrigues de part ses descriptions, son sens du détails ainsi que ses retournements de situations. Ici, je ne l’ai pas retrouvé dans cette écriture un peu brève qui aurait méritée plus de développement. Vous l’aurez compris, c’est une lecture en demie teinte pour moi, je pense aussi que le battage médiatique a fait que je plaçais la barre très haute, même si j’essaye de me détacher des avis des autres lecteurs. Je reste fidèle à cet auteur dont je suis admirative du succès qu’il rencontre depuis quelques années et je serais évidemment présente pour découvrir sa prochaine sortie.

« La tension était à son comble. Le major Schmidt et le sous-officier Fleig suivaient chaque échange radio avec la boule au ventre. Au moment où l’officier ordonna de mettre le cap sur l’île de Capraia, un point noir apparut dans le cil à l’ouest. »

« Quand elle rattrapa Radovan, il s’était entièrement dévêtu, il avait allumé un feu. Les flammes éclairaient les grands peupliers qui bordaient le canal reliant les lacs de Neuchâtel et de Bienne. Le jeune homme nu la regardait avec des yeux de fou, l’air étrangement vainqueur. La peur semblait l’avoir quitté. »

Musique écoutée pendant la lecture : Epic suspense trailer music

Ma note : 4.5/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s