L’aigle de sang, Marc Voltenauer

20190821_081902-01

Livre envoyé par la maison d’édition « Slatkine & Cie »

Résumé :

Depuis toujours, l’inspecteur Andreas Auer fait de mystérieux cauchemars et il a le pressentiment son enfance cache des parts d’ombre. Après sa dernière enquête éprouvante, il est temps pour lui de découvrir la vérité sur son passé. Direction Gotland, une petite île en Suède qui le mènera sur la piste de rites rituels vikings.

Mais qui est vraiment Andres Auer ?

Mon avis :

Tout d’abord, je souhaite remercier les éditions Sltakine pour l’envoi de ce livre. »L’aigle de sang » est le troisième opus avec Andreas Auer. Dans les deux précédents, Marc Voltenaueur commence déjà à nous intriguer sur le passé de son personnage principal. Après les révélations de sa sœur (Voir « Qui a tué Heidi ? »), il est temps pour l’inspecteur de quitter les Alpes suisses pour découvrir la vérité sur ses origines. Mais attention, remuer les ombres du passé n’est pas sans danger. Encore une fois, une enquête bien rythmée, alternant cette fois passé et présent. J’ai adoré l’ambiance qui régnait sur cette île, les mystérieux rites vikings. Les pages défilent, on croit savoir, avoir compris, mais il faudra tourner les dernières pages pour avoir le fin mot de l’histoire. On voyage avec les personnages dans le temps, dans le présent. L’intrigue est très bien trouvée et on sent que l’auteur s’est énormément impliqué en terme de recherches et de documentations pour ce livre. Le dénouement est juste parfait, jusqu’au bout j’aurais eu des doutes sur la vérité. Si je dois émettre des reproches, cela serait sûrement la complexité et le nombre de personnage, la plupart avec des surnoms vikings. Je me mélangeais un peu les pinceaux. Avec le recul, j’aurais dû me faire une liste et prendre des notes au fur et à mesure pour ne rien rater. L’autre point qui m’a gêné, c’est la facilité avec laquelle certains indices sautent aux yeux des inspecteurs, des hasards un peu tirés par les cheveux, notamment à la fin du livre. En dehors de cela, j’ai passé un très bon moment de lecture qui m’a donné envie de visiter Gotland et surtout de continuer de suivre les aventures d’Andreas Auer.

« L’existence de chaque être humain se construit à travers un enchevêtrement de décisions prises ou subies, d’heureux hasards, de rencontres fortuites ou d’événements malheureux. Sa vie telle qu’il la vivait maintenant était le résultat de tout ce qui s’était passé depuis le jour de sa naissance. »

Musique écoutée pendant la lecture : Nordic ambient music

Ma note : 7/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s