Cogito, Victor Dixen

20190801_113051-01

Résumé :

Nous sommes dans le futur. Désormais, les robots remplacent peu à peu les humains, les réduisant petit à petit à n’effectuer que des métiers peu valorisants ou au contraire des postes à fortes responsabilités. Roxanne, une jeune fille de dix-huit ans vit dans ce monde.

Avec des parents au plus bas de l’échelle sociale suite au remplacement de leurs postes par des machines, son chemin est tout tracé pour suivre le même destin. Tout n’est pas perdu, une entreprise propose à de rares privilégiés dont trois boursiers d’effectuer un stage de programmation neuronal avec la promesse de transformer n’importe qui en génie. Pour Roxanne, cela pourrait être la dernière chance d’obtenir son Brevet d’Accès aux Corporations et ainsi espérer un jour obtenir un poste très élevé supervisant les robots. Mais jouer avec le cerveau humain est-il vraiment sans risques ? L’humain ne franchirait-il pas ici l’ultime frontière ?

Mon avis :

J’ai mis du temps à faire la chronique de « Cogito » pour la simple et bonne raison que je ne pensais pas être décue un jour par un livre de Victor Dixen. J’avais tellement aimé « Phobos » et la duologie « Animale » que j’ai acheté les yeux fermés son petit dernier dont tout le monde parle. Pour commencer avec le positif, j’ai adoré la vision futuriste, pas si éloignée de ce qu’il pourrait se passer dans quelques temps. L’idée d’un programme qui implenterait des neurobots afin d’injecter des nouvelles connaissances dans le cerveau est très bien trouvée. Nous y avons tous déjà pensé au moins une fois, se réveiller en ayant acquis par exemple une nouvelle langue dans notre sommeil. Évidemment, ce genre d’expérimentations n’est pas sans risques, vous vous en doutez. Et c’est précisément où commence la déception pour moi. On se doute très bien de ce qu’il va se passer, j’ai lu ce livre en devinant tout ce qui allait se passer. On a également droit à tous les clichés concernant les personnages, du vu et revu avec des romances qui pour ma part n’apportent rien à l’histoire. C’est ce qui m’a surprise dans ma lecture, l’auteur m’avait habitué à du Youngadult pas trop cliché, avec du suspense, des rebondissements. Et ici cela n’a pas été le cas, et je trouve ceci dommage tant le sujet de base aurait pu être beaucoup mieux exploité. Je tiens quand même à souligner le travail impressionnant effectué pour ce livre, les recherches sur les intelligences artificielles est très précis et apporte un gros plus. En fait, je pense que « Cogito » aurait mérité d’être plus sombre, quitte à sortir du registre Youngadult. Cela n’empêche, j’attendrais avec impatience sa prochaine sortie littéraire.

« On passe devant un kiosque à café, puis une borne-librairie proposant des best-sellers à télécharger. L’écran d’affichage fait la pub du dernier roman à la mode, dans plusieurs langues. En français, ça donne : Loin des yeux, près du cœur, signé par ScribIA L’inteligence artificielle aux cent millions de lecteurs. Il y a même une option Autofiction, qui se connecte aux réseaux sociaux du lecteur pour formater le personnage principal d’après lui, et les personnages secondaires d’après ses amis. »

Musique écoutée pendant la lecture : The terminator soundtrack

Ma note : 6/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s