Code 93, Olivier Norek

20190811_141454-01

Résumé :

Lors d’une autopsie, un cadavre émasculé ouvre soudainement les yeux. Un toxicomane est retrouvé brûlé, un téléphone portable dans la cage thoracique. Le capitaine de police Coste pensait avoir tout vu dans sa carrière, son équipe va être mise à rude épreuve afin de résoudre ces étranges affaires semblant être reliées.

Dans le même temps, une mystérieuse personne anonyme lui fait parvenir des lettres le menant sur la piste de dossiers comportant le nom de code 93…

Mon avis :

Ce mois d’août, j’avais décidé de me mettre à jour de mes lectures des auteurs que je compte rencontrer au salon « Le livre sur les quais » à Morges en septembre. Olivier Norek faisait parti de ces auteurs dont je n’avais encore lu aucun titre, malgré des avis très enthousiastes. C’est donc avec le premier livre relatant les enquêtes du capitaine Coste que je me suis lancée pleine d’espoir dans cette lecture. Je ne vais pas vous le cacher bien longtemps, j’ai été un peu mitigée par « Code 93 ». Ce qui m’a le plus gêné concerne tout d’abord la première partie. En effet, je l’ai trouvée assez brouillon, voir même floue. Beaucoup de personnages avec des noms qui se ressemblent, beaucoup d’intrigues. Et je ne voyais pas où l’auteur voulait en venir. Je lisais mais sans être non plus accro au point de ne pas réussir à poser le livre. Et le deuxième gros point négatif concerne le dénouement. Je vous disais précédemment que j’avais trouvé brouillon la première partie, dans les dernières parties c’est plutôt l’inverse. Dès que toutes les intrigues se relient, il n’y a au contraire plus aucun suspense. Ce que j’aime avec un thriller, c’est être surprise, subir des retournements de situations, avoir le sentiment de m’être fait avoir et cela n’a pas été le cas ici. C’est dommage car l’histoire de base était très bien trouvée et aurait méritée d’être plus travaillée dans son déroulement. Pour le côté positif, j’ai adoré l’ambiance qui se dégageait de l’histoire. Olivier Norek a été lieutenant de police à la section des enquêtes et recherches du SDPJ 93, ce qui explique des connaissances solides de ce milieu en particulier dans ce département. Ces connaissances permettent d’être immergé au sein de l’enquête avec un réalisme impressionnant. Son style permet également une certaine critique de la société, une dénonciation d’un système qui a ses limites et montre du doigt les pires vices dont l’humain est capable. Vous l’aurez compris, c’est une lecture en demi teinte pour moi, j’ai eu du mal à faire cette chronique car je voulais trouver les mots justes. Je vais faire confiance à plusieurs avis qui me conseillent de continuer avec les deux tomes de la série Coste, « Territoires » et « Surtensions » afin de me faire une opinion globale.

« C’est bien, vous êtes un vrai flic, Coste. Dressé à écouter votre hiérarchie sans trop chercher à comprendre, à la différence d’un journaliste qui croit entendre des mensonges à chaque parole. De bons soldats, confiants dans les institutions, police, justice, gouvernement, alors qu’elles sont les premières à vous enfumer, jouer avec vous et trafiquer vos chiffres. »

« Des macchabées, Coste en avait tellement vu qu’il aurait pu se taper une crème glacée pendant n’importe quelle autopsie, c’est donc sans grande émotion qu’il regarda s’éloigner sa nouvelle enquête, emballée pour la morgue. »

Musique écoutée pendant la lecture : Contre enquête soundtrack

Ma note : 6/10

Un commentaire sur “Code 93, Olivier Norek

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s