Dompteur d’anges, Claire Favan

DSC_5885

Résumé :

Max Ender fait parti des victimes d’une justice parfois vite expédiée. La machine infernale est lancée, il se retrouve en prison accusé du viol et du meurtre d’un petit garçon dont il n’est pas responsable. Après quelques années de souffrance et de violences inimaginables, il est enfin innocenté, libéré sur le champ avec une indemnité financière pour l’erreur judiciaire. Sauf qu’à ses yeux, cela ne suffit pas. Cet enfermement l’a détruit et il a eu le temps de préparer sa vengeance. Il est décidé à s’en prendre à chaque personne responsable de son enfermement. Quoi de mieux pour son plan que d’utiliser les enfants de ses bourreaux, d’en faire des anges de combat qui frapperont pour lui.

Mon avis :

J’avais été très déçue par « Serre moi fort » de la même auteure mais j’ai persévéré avec « Dompteur d’anges » et j’ai bien fait. Ce que j’aime avec Claire Favan c’est que l’on est directement plongé dans l’intrigue. On se prend très vite d’affection pour Max, on est plongé avec lui dans l’horreur de cette captivité injuste. Et puis vient l’heure de la vengeance. C’est là que j’ai trouvé que l’histoire partait un petit peu loin. Vu le vécu du personnage, je comprenais ce besoin de rendre justice soi même. Mais de là à kidnapper les enfants de ses bourreaux pour en faire les instruments de sa vengeance, j’ai trouvé l’idée un peu extrême. J’ai décidé de passer outre l’énormité de la situation et de me laisser porter par l’histoire et bien m’en a pris. On se laisse porter au fils des ans par cette vengeance qui prend des proportions insensées, jusqu’aux révélations finales. C’est pour moi loin d’être un coup de cœur, mais j’ai apprécié ma lecture.

« Ce que ni Porter ni Moore ne mesurent pleinement, c’est que s’ils ont fait emprisonner un innocent, c’est un être assoiffé de vengeance et ivre de haine envers la société qu’ils contribuent à libérer. »

« Il leur laissera le temps de l’oublier. Et ensuite, à leur tour de connaitre cette sensation de déchéance impuissante, de chute irréversible. »

« Max a bien fini par comprendre que la latitude qu’ont les taulards de lui tomber dessus n’importe où et n’importe quand n’a rien de naturelle. Ils sont encouragés et aidés dans leur démarche. Pour les matons aussi, Max doit payer. »

Musique écoutée pendant la lecture : Shutter island, On the nature of daylight

Ma note : 6/10

Un commentaire sur “Dompteur d’anges, Claire Favan

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s