Destin de sang, Erika Johansen

DSC_5291

Résumé :

Kelsea ainsi que le royaume du Tearling sont en danger. La reine rouge est plus menaçante que jamais, l’équilibre du royaume ne tient qu’à un fils bien fragile. La liste des ennemis de Kelsea ne cesse de s’allonger. Elle va pouvoir compter plus que jamais sur l’aide de Massue pour venir à bout de ce conflit et ainsi espérer la paix à laquelle William Tear rêvait.

Mon avis :

C’est avec « Destin de sang » que s’achève cette exceptionnelle trilogie du Tearling. Pour ce tome, le seul reproche que j’ai à lui faire est sa lenteur d’action dans les premiers chapitres par rapport aux précédents tomes. L’histoire met du temps à se remettre en place, je pensais que cela allait repartir sur les chapeaux de roues, alors que ce n’est pas le cas. En revanche, une fois que le rythme s’accélère, impossible de le lâcher. Comme dans le deuxième tome, on reprend l’alternance de récits entre passé et présent, jusqu’à ce final grandiose. Apparemment la fin de cette saga divise les lecteurs, pour ma part j’ai adoré. J’ai été très touché par l’univers d’Erika Johanssen qui a réussi à me transporter dans son monde. C’est le cœur lourd que j’ai reposé ce dernier tome dans ma bibliothèque. Je n’ai qu’une hâte, voir ce que cela donnera en adaptation cinématographique.

« Me voilà au milieu de ma propre Traversée, songea-t-elle, sauf qu’elle n’a rien de commun avec celle de William Tear. Ce voyage-là me mène au pays des ténèbres. »

« L’erreur de l’utopie, c’est de supposer que tout sera parfait. Si l’n peut tendre vers la perfection, nous ne sommes que des humains, et même en utopie, nous apportons tout ce qui nous habite, souffrance, erreurs, jalousie, chagrin. Nous sommes bien incapables de nous défaire de nos défauts, même dans l’espoir du paradis. Or donc, préfigurer une nouvelle société sans prendre en compte la nature humaine et ses travers voue cette société à l’échec. »

« À l’instant critique, les gens étaient prêts à se retourner les uns contre les autres, et la chute de la Ville fut très rapide, à tel point que l’auteur de cet ouvrage se demande si toutes les communautés de ce type ne sont pas vouées à l’échec. Certes notre espèce est capable d’altruisme, mais ce n’est pas une qualité que nous pratiquons volontiers, ni pour laquelle nous sommes doués. »

Musique écoutée pendant la lecture : House Stark theme, Game of thrones soundtrack

Ma note : 7/10 et 9/10 pour la trilogie dans son ensemble

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s