La patience du diable, Maxime Chattam

DSC_4519

Résumé : 

Nous sommes en France, après les épreuves qu’elle a subi l’année passée, Ludivine Vancker pensait que le pire était derrière elle. Pour cette gendarme qui s’est fait un devoir de traquer le mal, quitte à en mettre sa vie en parenthèse, l’horreur l’attend de nouveau de pied ferme. Deux adolescents qui font un massacre dans un TGV, un go fast qui transporte bien pire que de la drogue, des personnes retrouvées mortes de peur, Ludivine va devoir trouver le lien entre toutes ces affaires et cette expansion de la violence ainsi que du mal. Vite le temps presse pour la gendarme car le diable a quant à lui eu la patience qu’il fallait pour mettre ce plan parfait à exécution…

Mon avis : 

C’est assez rare mais j’ai été légèrement déçue de Maxime Chattam. Oui oui vous avez bien lu. Il faut déjà savoir que c’est le deuxième tome de la trilogie « Vancker », vous pourrez le lire sans avoir lu le premier volume « La conjuration primitive ». Cependant, afin de bien comprendre la psychologie et l’état d’esprit de Ludivine Vancker, je recommande grandement de lire en amont la première partie. Alors pour commencer avec le positif, j’ai encore une fois adoré la critique de l’auteur envers la société actuelle. Ce mal sous-jacent qui dévore et ronge très rapidement l’Homme à cause d’un mal être général ambiant. Cette idée d’un diable qui ferait sortir ce que l’on a de plus mauvais en soi est très bien trouvée. Par ailleurs, si vous n’êtes pas végétarien, vous risquez de très vite le devenir… J’ai également aimé comme d’habitude sa précision dans le travail de l’enquête, ses recherches sur le travail des gendarmes qui apportent un vrai réalisme à la lecture. Sauf que justement, c’est ce qui m’a gêné dans « La patience du diable », c’est le manque de surprise. J’ai lu beaucoup de livres de l’auteur ces derniers temps, mais c’est la première fois que n’ai pas eu cette effet « whaou » au niveau des révélations de l’enquête. Par exemple, dans « La conjuration primitive », l’intrigue allait de rebondissements en rebondissements et je ne voyais rien venir jusqu’à un chapitre final haletant et explosif. Ici, l’histoire m’a quand même plu, j’ai apprécié retrouvé Ludivine Vancker, même si ses décisions avaient le don de m’énerver, et surtout son coéquipier Segnon. Mais voila, je me suis laissé porter par l’intrigue, aucun événement de m’a vraiment surprise, je voyais tout venir à des kilomètres. Je m’attendais à une fin beaucoup plus spectaculaire et j’ai fini ma lecture avec un petit goût de déception. Au vu du résumé et du début de l’histoire, je m’attendais à beaucoup plus. Cette chronique est un peu plus longue que d’autres mais j’avais vraiment besoin d’expliquer ce qui m’a dérangé alors que je suis d’habitude très enthousiaste quand il s’agit de Maxime Chattam. D’ailleurs, dans moins d’une semaine je me précipite pour acheter son petit dernier, « Le signal ». Je lirai très prochainement « L’appel du néant » afin de clore cette trilogie.

« Oh oui, il existe, vous savez. Le diable existe. Tout le monde croit que c’est une légende, pour faire peur aux gosses, mais non, c’est justement sa force : avoir réussi à se faire oublier ? Pour mieux semer le chaos, pour mieux façonner la société selon ses besoins. Nous y sommes presque. Il va pouvoir accéder au trône. Bientôt. »

« La chair du pantin qu’elle avait découvert dans la caravane se trouvait là, dans l’attente d’être injectée pièce par pièce dans le réseau alimentaire. Dans l’attente d’être dévoré par de gentils consommateurs affamés. »

Musique écoutée pendant la lecture : Prisoners-ambient mix, Johann Johansson

Ma note (avec grand regret) : 6/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s