Le vide, Patrick Senécal

DSC_4119

Résumé : 

Maxime Lavoie est riche. Très riche, au point de pouvoir faire à peu près ce qu’il veut. Il créer la surprise en quittant son poste de dirigeant dans la multinationale familiale pour mener à bien un projet fou, révolutionner le genre de la télé-réalité. Peu de temps après, son émission Vivre au max est lancée. Le concept est simple, chaque personne sélectionnée pour participer à l’émission voit son rêve se réaliser, Jusqu’où les participants seront prêts à aller ? Certains rêves sont-ils vraiment faits pour être vécus ? Plongez dans cette spirale infernale vers le vide et appréciez votre chute.

Mon avis : 

Ce beau pavé de plus de 900 pages traînait dans ma bibliothèque depuis trop longtemps. C’est en le choisissant pour une lecture commune avec Poplecture que l’occasion de le lire s’est présentée. Pour commencer, « Le vide » se lit dans un désordre chronologique, tout comme « Rêver » de Franck Thilliez, ce qui amène tout le suspense à l’histoire. On pourrait croire qu’il est compliqué de s’y retrouver mais pas du tout, bien au contraire j’ai trouvé la lecture très fluide. Ce livre est un véritable coup de cœur ! L’auteur réussi petit à petit les liens entre les différents protagonistes, jusqu’à l’apothéose finale. Attention, il faut avoir cependant le cœur et l’estomac bien accrochés pour certains passages dont un en particulier, l’auteur ne nous épargne pas. Une vraie critique du monde actuel qui malheureusement ne prend pas le bon chemin pour changer. En le lisant cela semble aberrant mais force est de constater que nous ne sommes qu’à un pas d’y arriver… Un grand bravo à Patrick Senécal pour ce livre qui m’a profondément marqué. Merci également à Poplecture, c’était un plaisir de plonger dans « Le vide » avec toi pour cette lecture commune. C’est pour ce genre d’histoires que j’adore lire, pour ces moments où l’on est totalement absorbé par notre lecture avec l’impossibilité de s’arrêter.

« La première de Vivre au Max est suivie par 1 088 231 personnes. Soixante-quinze pour cent d’entre elles trouvent l’émission géniale. L’autre quart est outré et scandalisé ; ces indignés, le lendemain, en parlent à leurs collègues et amis qui n’ont pas regardé l’émission et en font un compte rendu si ignoble que les amis en question se promettent de ne pas la manquer la semaine suivante. »

« De toute façon, il ne sera pas déçu, puisque la fin, peu importe sa nature, sera spectaculaire, et donc fascinante. Icare est maintenant tout près du soleil. Avec délectation, il attend que ses ailes se consument. »

« Il l’observa un moment en silence. Une envie naissait en lui, devant ce déchet de l’humanité, devant cette existence sans intérêt qui ne comptait plus pour personne. »

Musique écoutée pendant la lecture : The dark knight trilogy, Hans Zimmer

Ma note : 10/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s