Le miroir des âmes, Nicolas Feuz

DSC_4006

Résumé :

Nous sommes en Suisse, plus précisément à Neuchâtel. Un mystérieux tueur surnommé Le vénitien frappe la région et il vient de passer à la vitesse supérieure en assassinant un policier. Sa signature est pour le moins reconnaissable, il tue en coulant du verre de Murano dans la gorge de ses victimes. Qui est ce mystérieux tueur ? Plongez en Suisse de l’autre côté du miroir pour le découvrir.

Mon avis :

J’ai eu le plaisir de rencontrer et d’échanger avec l’auteur Nicolas Feuz au salon Livres sur les quais à Morges cette année, très sympathique et un vrai passioné. L’occasion était parfaite pour me procurer son petit dernier « Le miroir des âmes ». Et comment dire… Juste fabuleux ! J’ai été littéralement happée dans cette intrigue, on est directement plongé au cœur de l’histoire et ça, j’adore ! Tout y est, le rythme, les personnages, les lieux dont certains me parlent (je penserais à ce livre quand je me ballade vers la Riponne) et surtout le suspens. Il n’y a tout simplement aucun temps mort, j’ai dévoré ce livre d’une seule traite en une après-midi, impossible de le lâcher. Entre meurtres, attentat, prostitution, tout est relié et ne révèle son sens qu’à la fin, que je qualifie de particulièrement réussie. Chapeau aussi à l’auteur de mettre en valeur ce beau pays qu’est la Suisse. J’avais lu qu’on le comparait à Maxime Chattam, j’en retrouve effectivement quelques éléments, comme certaines scènes un peu sensibles auxquelles je suis heureusement vaccinée depuis la trilogie du mal de ce dernier, mais l’auteur a son propre style que j’ai adoré. En conclusion, si vous aimez Maxime Chattam, Franck Thilliez ou encore Pierre Lemaitre, foncez découvrir cet auteur qui n’a pas fini de faire parler de lui et qui a su trouver sa place parmi les plus grands du genre.

« Quelques coupures superficielles lardaient les parties visibles de son visage. Le côté gauche était masqué par un grand pansement compressif. Jemsen pensa à Van Gogh. Il arrivait à se souvenir du détails d’un tableau, mais pas des lambeaux de sa vie. Il reposa le miroir sur son lit d’hôpital. »

« Il sentit la peau de son crâne céder sous la pression, ses os à la limite de la rupture, son visage et les parties à nu de son corps rongés par le feu. La grande faucheuse le caressait de son souffle noir. Devait-il céder à ses avances ? Lui résister ? »

Musique écoutée pendant la lecture : Skyrim, full soundtrack

Ma note : 9/10

Un commentaire sur “Le miroir des âmes, Nicolas Feuz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s