Millenium 1, Les hommes qui n’aimaient pas les femmes, Stieg Larsson

DSC_4809

Résumé : 

Mikael Blomkvist, journaliste, se retrouve sous les feux des projecteurs après une faute professionnelle qui le conduit à se confronter à la justice. Toute cette agitation attire l’attention d’un certain Henrik Vanger, riche industriel qui lui propose de résoudre un mystère. Sa nièce, Harriet a disparue depuis près de quarante ans sans laisser de traces. Henrik Vanger en est persuadé, Harriet a été tué par un membre de sa famille. Sous couvert d’écrire l’histoire de la famille Vanger, Mikael est chargé d’enquêter et de trouver le meurtrier. Lisbeth Sandler est quand à elle une jeune femme rebelle, hackeuse informatique hors paire. Son talent d’investigatrice sera un précieux atout pour cette affaire. Scandales financiers, drames familiaux, plongez dans cette quête de la vérité.

Mon avis : 

Comme la majorité des personnes, j’avais entendu parler de « Millenium » lors de son succès commercial. Pourtant j’avais toujours appréhender de le lire, peur de la complexité et de la violence du texte. Au final, je regrette juste de ne pas l’avoir lu plus tôt. Certes, l’intrigue met un petit peu de temps pour se mettre en place et quelques passages sont assez violents. Mais une fois passé tout cela, on est littéralement absorbé par l’enquête. Je suis assez fan des intrigues qui se croisent et qui sont réussies comme c’est le cas ici. Tout est maîtrisé dans l’écriture, chaque détails a son importance et tout fini par se relier dans un final haletant. Stieg Larsson se joue de nous jusqu’à la dernière page et on en redemande. Je me jetterai sur les suites prochainement, en attendant, je savoure de ne pas encore connaitre le dénouement final de cette trilogie.

« -Nous en sommes maintenant à la raison véritable pour laquelle je voudrais t’engager. Je veux que tu trouves qui, dans la famille, a assassiné Harriet Vanger et qui a ensuite passé bientôt quarante ans à essayer de me faire sombrer dans la folie. »

Musique écoutée pendant la lecture : What if we could, The girl with the tatoo OST

Ma note : 9/10

Caraval, Stéphanie Garber

DSC_4804

Résumé:

Scarlett rêve depuis son plus jeune âge de participer à Caraval, un jeu fantastique dans lequel règne en maître des lieux le fameux Légende dont personne ne connait l’identité. À l’âge de dix-sept ans, son vœu s’exauce, elle est invitée à participer avec Donatella sa jeune sœur au prochain Caraval qui se tient dans quelques jours. Seulement, rien ne va se passer comme prévu. Une fois arrivées sur l’île du jeu, Donatella est enlevée et fait partie du scénario : Scarlett a cinq jours, le temps de cette édition, pour la retrouver avant qu’elle ne disparaisse en même temps que Caraval.

Mon avis :

Impossible de passer à côté du phénomène « Caraval » après l’engouement que ce dernier a suscité ces derniers mois. Ce livre est une petite pépite, Stéphanie Garber réussi à nous emporter avec elle au beau milieu de monde fantastique où tout est permis. Magie, trompe l’œil, fantaisie, tout y est. L’intrigue est bien menée, avec tout ces détails j’étais totalement immergé avec Scarlet pour retrouver sa sœur. La grande force de « Caraval » est la puissance des détails aussi bien visuels qu’olfactifs qui vous font voyager au cœur de l’histoire de ce monde fabuleux où tout est permis . Ce premier tome d’une trilogie est très prometteur, je me languis de la sortie du deuxième tome, « Legendary », annoncé pour début janvier 2019. Je ne peux que conseiller cette lecture si vous aimez le fantastique, le young adult et l’esprit Tim Burton. Par ailleurs, les droits ont été pris pour l’adapter au cinéma, monsieur Burton serait parfait pour donner vie à cet univers. Et surtout n’oubliez pas, rien n’est réel, tout n’est qu’illusion…

« Encerclée par une obscurité profonde, la majestueuse demeure débordait d’une lumière ardente. Toutes les fenêtres chatoyaient d’un éclat doré qui transformait les bacs à fleurs en berceaux brillant de mille feux. Le parfum d’agrumes avait cédé la place à un air épais et sirupeux, beaucoup plus sucré que celui de Trisda, mais Scarlett avait tout de même un goût amer dans la bouche. »

« -Bienvenue, bienvenue à Caraval ! Le spectacle le plus extraordinaire de tous les temps, sur terre ou sur mer ! Vous y verrez plus de merveilles que le commun des mortels au cours de toute une vie. Vous pourrez boire de la magie dans un gobelet et acheter des rêves en bouteille. Mais avant que vous vous plongiez dans notre univers, gardez à l’esprit qu’il s’agit d’un jeu. Ce qui se passe au-delà de ce portail vous effraiera ou vous enflammera peut-être, mais ne vous méprenez pas. Nous tenterons de vous convaincre que tout est réel, mais ce n’est qu’un spectacle. Un monde d’illusions. Même si vous souhaitez être transportés, prenez garde à ne pas trop vous laisser emporter. Les rêves qui se réalisent peuvent être magnifiques, mais ils peuvent aussi se transformer en cauchemars si l’on ne se réveille pas. »

Musique écoutée pendant la lecture : The imaginarium of Doctor Parnassus, full soundtrack

Ma note : 8/10

Le cri, Nicolas Beuglet

DSC_4807

Résumé : 

Un drame vient de se produire à l’hôpital psychiatrique de Gaustad près d’Oslo. L’inspectrice Sarah Geringën est amenée sur place car un patient y est mort de manière suspecte. Ce dernier, appelé patient 488 en raison des chiffres cicatrisés qu’il porte sur le front a été retrouvé inanimé, les traits du visage figés d’un cri plus que glacant. Expériences secrètes, complot et même secrets militaires, laissez vous embarquer avec Sarah dans une enquête qui vous laissera sans voix.

Mon avis : 

Je n’ai qu’un mot à dire : Bravo. Tout m’a plu dans cette intrigue, l’ambiance, les personnages (Sarah est juste top), le dénouement (on en parle de cette fin parfaite ?). L’histoire démarre au quart de tour, pas le temps de s’ennuyer une seule seconde. L’auteur nous embarque avec lui dans cette enquête incroyable et nous bluffe plus d’une fois en prenant également un malin plaisir à jouer avec nos nerfs. Je ne peux malheureusement en dire plus sur ce livre au risque de vous spoiler. La seule chose que je me suis dis à la fin c’était que cela serait chouette d’en avoir une suite, c’est chose faite, « Complot » est sorti le 16 mai dernier. Foncez le lire, pour ma part, je l’ai lu très rapidement, un vrai page turner. À voir si il sera détrôné, mais pour l’instant « Le cri » est mon coup de cœur thriller de l’année 2018.

« -C’est le sommeil noir qui l’a tué. Et je serai le prochain. »

« Pour le moment, elle savait qu’un homme amnésique d’environ soixante-dix ans avait été interné à l’hôpital psychiatrique de Gaustad il y a à peu près trente-six ans. Cet homme était mort de terreur la veille au soir au sein de cet établissement. »

Musique écoutée pendant la lecture : Ouverture-Red sparrows OST, James Newton Howard

Ma note : 10/10

Mémé dans les orties, Aurélie Valognes

DSC_4648.JPG

Résumé :

Ferdinand Brun, 83 ans est un sacré phénomène. Aigri, malpoli, acariâtre et renfermé sur lui-même, il passe son temps à fuir les autres et à se faire détester de ses voisines, notamment la concierge, la fameuse Madame Suarez. Son quotidien plus que solitaire se résume entre autre à fumer un cigare dans le couloir (alors qu’il ne fume pas), juste pour embêter cette dernière. Un beau jour, il a le malheur de laisser entrer chez lui Juliette, la petite fille qui vient d’emménager dans l’appartement du dessus. Sans le savoir, cette rencontre va tout changer pour l’octogénaire. Peut-on vraiment changer lorsque l’on a été aussi renfermé sur soi et aigri toute sa vie ?

Mon avis :

Plus la peine de le présenter, « Mémé dans les orties » a fait un buzz incroyable et s’est retrouvé dans les têtes de gondoles un peu partout. Il était temps que je m’en fasse mon propre avis. Un début de mois de novembre bien frais, un vrai temps d’automne, le moment était parfait pour me plonger dedans. J’ai passé un très bon moment littéraire avec Ferdinand que j’ai trouvé très touchant. C’est une petite lecture qui se lit très vite et qui fait du bien au moral, dans la même veine que Virginie Grimaldi. Les personnages très caricaturaux m’ont beaucoup plu et vous transporteront dans cette belle leçon de vie. Car oui, ce qu’il faut en retenir, c’est que le temps passe vite, il faut profiter de chaque instant et se rendre la vie la plus belle possible. Pour résumer, une petite lecture qui fait du bien au moral, qui fait sourire et qui est idéale pour la saison automnale.

« Son antipathie est devenue une seconde nature, un art de vivre, de survivre même. Oui survivre, car Ferdinand accepte mal de vieillir. Solitude, déchéance du corps . tout cela le tue à petit feu. La seule activité que Ferdinand ait trouvée pour tromper l’ennui, être méchant, histoire de ne manquer à personne une fois parti. »

« On dit qu’on devient adulte quand on prend conscience qu’on doit mourir un jour. Pour moi, ça a été à six ans, à l’âge où l’on apprend à lire et à écrire, pas à compter les personnes qui manquent. »

Musique écoutée pendant la lecture : Amélie Poulain, Original soundtrack

Ma note : 7/10

Les chroniques lunaires, Marissa Meyer

DSC_4634

Cet article est un peu différent des autres, j’ai choisi de regrouper en une seule partie les livres qui composent la saga « Les chroniques lunaires » de Marissa Mayer. J’espère que ce format vous plaira, je vous souhaite une bonne lecture.

Cinder

Résumé :

Cinder, une jeune cyborg de 16 ans vit à New Beijing avec ses belles-sœurs et sa mère adoptive. Son quotidien est rythmé par l’entretien de l’électronique de la maison ainsi que son travail de mécanicienne. Un beau jour, le prince Kai débarque à son atelier afin de faire réparer son androïde. Elle qui n’a pas pour habitude d’admirer le jeune homme va voir sa vie chamboulée à tout jamais. À travers un monde futuriste ravagé par une maladie mortelle, la létumose, Cinder devra trouver sa place et résoudre l’énigme de ses origines. Pour ne rien arranger, les tensions politiques sont de plus en plus importantes entre la Terre et la reine du peuple lunaire, la terrible Levana.

Mon avis :

La saga « Les chroniques lunaires » faisait parties de ma PAL depuis quelques mois et je me doutais que j’allais aimer cette saga. Marissa Meyer s’inspire très largement de Cendrillon pour ne garder que quelques grandes lignes et des clins d’oeils qui sont les bienvenus. C’était ma seule crainte, que cela soit trop proche de l’histoire originale. Mais à partir de ces quelques éléments, l’auteure a réussi à créer un univers bien à elle. Tout m’a plu dans cette lecture, le coté fantastique, la romance est très légère et n’est pas non plus l’élément principal bien qu’elle ait de l’importance. J’ai totalement été transporté dans ce monde futuriste, le personnage de Cinder m’a de suite touché. Je préfère vous avertir, vous n’aurez qu’une envie, lire le tome 2, « Scarlett » une fois « Cinder » terminé.

Ma note : 10/10

Scarlett

Résumé :

Nous sommes en France dans un petit village paisible. C’est ici que vit Scarlett, une jeune fille au caractère bien trempé. Tout allait bien pour elle, le travail à la ferme ainsi que la livraison des produits occupaient ses journées. Mais tout cela était avant. Avant que sa grand-mère ne disparaisse du jour au lendemain, avant qu’elle ne fasse la connaissance du mystérieux Loup, et surtout avant qu’elle ne se retrouve embarqué dans une aventure qui pourrait tout changer pour l’avenir de la Terre. Pendant ce temps, la menace lunaire se fait de plus en plus ressentir…

Mon avis :

Avec « Scarlett », Marissa Mayer réussi l’exploit de surpasser le premier tome des chroniques lunaires. Dans ce second volet, elle arrive habilement à jongler entre la fuite de Cinder et l’intrigue avec Scarlett. Et oui, grâce à cela, « Scarlett » fait parti de ces lectures que l’on ne veut jamais arrêter. J’ai adoré ce personnage, avec un peu de recul je pense pouvoir affirmer que Scarlett est ma chouchou de cette saga. Vous vous en doutez, ici c’est au tour du petit chaperon rouge d’être revisité. Avec cette deuxième partie, on entrevoit petit à petit la complexité de l’intrigue que l’auteure a su créer, les liens se font, rien n’est écrit par hasard et chaque personnage est une pièce du puzzle. Et le personnage de Loup, on en parle ? En fait je pense que j’aimerai bien être à la place de Scarlett… Je ne peux en dire plus au risque de gros spoil si ce n’est, qu’attendez-vous pour lire « Les chroniques lunaires » ?

Ma note : 10/10

Cress

Résumé :

Dans son satellite, Cress assiste à tout ce qu’il se passe sur la Terre ainsi que sur la Lune. Fatiguée d’être une simple spectatrice, elle décide d’intervenir afin de soutenir la cause qui lui semble la plus juste pour elle. Mais qui est elle vraiment ? Peut on faire confiance à une jeune femme qui a passé la majeur partie de sa vie enfermée à tourner en orbite autour de la Terre ?

Mon avis :

Troisième tome de la saga, « Cress » est un sacré pavé qui malgré tout se lit très vite. Même si Cress ne fait pas partie de mes personnages préféré, elle a le mérite de changer un peu de Cinder ainsi que de Scarlett. En effet, dans ce tome, on découvre une héroïne courageuse, geek à souhait mais assez naive du fait qu’elle a vécu reclus du monde, tout comme Raiponce enfermée dans sa tour. Cela fait d’elle un personnage touchant mais un peu exaspérant à la fois même si je le répète, cela contraste avec les protagonistes des deux premiers tomes. Marissa Meyer continue de tisser ses liens entre chaque protagoniste sans cesser de nous surprendre. Ce tome permet d’en savoir plus sur le virus de la létumose et nous met l’eau à la bouche quant à la fin de la saga.

Ma note : 7/10

Levana

Résumé :

Le passé de Levana est enfin révélé, terrible reine lunaire des chroniques lunaires. Comment est-elle devenue aussi cruelle ? Son enfance ne cacherait elle pas un terrible secret ? Miroir, mon beau miroir, est elle toujours la plus belle ? Plongez dans la jeunesse de Levana, bien avant que Cinder ne débute sa folle épopée.

Mon avis :

Levana est un petit intermède avant de lire « Winter », le dernier volet des chroniques lunaires. J’ai beaucoup apprécié ce tome, même si tout n’est pas pardonnable, on comprend mieux pourquoi la reine est si terrifiante. Entre trahisons, histoire d’amour, manipulations, tout sera limpide pour vous. Une parenthèse bienvenue qui complète à merveille cette fantastique saga.

Ma note : 8/10

Winter

Résumé :

Dans sa prison dorée qu’est le palais lunaire, Winter, belle fille de Levana et donc jeune princesse lunaire, est prise d’une terrible folie. Depuis son plus jeune âge elle s’interdit d’utiliser son pouvoir lunaire ce qui a pour résultat de lui faire avoir de terribles hallucinations, la rendant folle aux yeux de tous. Heureusement, la jeune femme est d’une incroyable beauté, ce qui permet de prendre le dessus par rapport à sa folie. Mais plus le temps passe, plus Levana est rongée par la jalousie envers Winter. Découvrez ici le chapitre final des chroniques lunaires.

Mon avis :

Dans ce dernier volet, inspirée de Blanche neige et les 7 nains, tous les éléments se relient enfin dans un final époustouflant. Petit pincement au cœur de refermer ce livre, de se dire que les aventures de Cinder, Scarlett, Cress et Winter sont désormais terminées. Dans cette lutte féroce de Levana contre la Terre, qui l’emportera ? Cette saga aura t’elle son happy end ? Vous le saurez en vous précipitant pour lire cette fabuleuse saga qui m’a conquise. Je comprend mieux désormais l’engouement que cette série a suscité, une revisite très réussie des contes les plus connus. Tout est réussi, l’intrigue, les personnages, l’univers futuriste, en bref un gros coup de cœur.

Ma note 9/10

Musique écoutée pendant la lecture : Game of thrones OST BEST

Reine de cendres, Erika Johansen

DSC_4536

Résumé :

Loin de la frénésie du palais royal, Kelsea la future reine légitime du royaume du Tearling a vécue son enfance et son adolescence à l’abri et protégée dans une petite maison au cœur de la foret. En effet, après la mort de sa mère, Kelsea faisait une cible de choix pour ceux désirant acquérir le pouvoir, elle a donc été cachée pour sa propre sécurité, car il était prédit qu’elle meure avant ses dix-neuf ans. Le jour de ses dix-neuf ans, âge auquel le trône lui revient de droit, une troupe de soldat vient la chercher afin qu’elle récupère son dû et reprenne le pouvoir que s’est attribué son oncle en son absence. La jeune femme, peu sure d’elle va débarquer dans un monde inconnu dont elle ne soupçonnait pas la violence. Elle va vite comprendre qu’elle n’a pas le choix, elle va devoir s’imposer et s’affirmer afin de combattre les injustices, les atrocités commises en son absence. Pour Kelsea, la lutte pour rétablir un royaume comme elle l’entend ne fait que commencer, le chemin sera long et semé d’embûches…

Mon avis :

Wahou, tout simplement incroyable, voila les premiers mots qui me viennent concernant ce livre. Encore une fois, à force d’en entendre que du bien je me suis dis qu’il fallait que je me fasse mon propre avis- C’est en plus accompagné en lecture avec « talesofmouny » sur instagram que j’ai découvert ce fabuleux premier tome de la trilogie du Tearling. L’histoire est fantastique, un univers avec lequel j’ai de suite accroché dans la même veine que Game of thrones en plus abordable et moins complexe à lire. D’ailleurs j’ai trouvé que la relation Kelsea/Massue fait beaucoup penser à la relation Arya/Le limier. J’avais peur que cela soit de la fantasy trop Young adult et au final il n’en est rien, je le conseille même plutôt pour jeune adulte/adulte.Dans ce premier volume, beaucoup d’éléments se mettent en place sans non plus trop nous perdre. On se laisse guider dans cette fabuleuse épopée en croyant y être tant les scènes sont bien décrites. La bonne nouvelle c’est que cette trilogie sera adaptée au cinéma avec Emma Watson, je me réjouis de voir ce que cela va donner. En attendant, je commence très prochainement la suite « Révolte de feux ». En bref, de la bonne fantasy à découvrir sans attendre.

« -Le monde est trop dangereux pour qu’on s’abandonne au sommeil.

-Et quand vous étiez enfant ?

-Je n’ai jamais été enfant. »

« Kelsea examina les volumes de plus près. Quelqu’un avait même pris la peine de les classer par auteur, en ordre alphabétique, en mélangeant les romans aux essais. Carlin s’en serait offusqué, mais Kelsea fut touchée par ces efforts. »

« Sur l’esplanade les cages pleines

Vont partir au loin vers Morsmesne

C’est alors que surgit la Reine

Et soudain les cages s’enflamment

Devant tous les Tears qui l’acclament

Si joyeux qu’ils versent des larmes. »

Musique écoutée pendant la lecture : Game of thrones soundtrack, saison 6

Ma note : 10/10

Bilan du mois d’octobre

DSC_4631
Bilan du mois d’octobre :

Enfin un mois pendant lequel j’ai rattrapé mon retard en lecture de mangas et cela fait un bien fou ! Décidément 2018 est une très bonne année en terme de nouveautés. J’ai mis un peu de temps à me décider pour lire « L’atelier des sorciers » et quelle belle découverte !! Un univers de magie pour une fois pas trop enfantin, des dessins incroyables qui sortent de l’ordinaire, j’ai dévoré les trois tomes d’une seule traite. Je viens également de me rendre compte qu’il manque sur la photo le quatrième tome de « The promised neverland », j’en ai déjà parlé par ici, ce manga ne cesse de me surprendre et j’adore. Après des mois d’attente le tome 26 de « Black butler » est enfin sorti, et quel tome ! Je ne m’attendais pas à de telles révélations, plus qu’à patienter encore des mois avant la suite… J’ai également lu les deux derniers tomes de « Noragami » qui m’ont beaucoup plu. Pour finir avec les mangas, des petites déceptions pour le tome 5 de « Les mémoires de Vanitas » ainsi que le tome 9 de « The ancient magnus bride », deux tomes dans lesquels il ne se passe pas grand chose à mon gout… Au niveau des livres, une très belle lecture commune avec « talesofmouny » sur instagram du premier tome de la trilogie du Tearling « Reine de cendres », d’ailleurs on se lance dans la suite dès dimanche. Un très bon thriller avec « Horrora Borealis », petite déception pour « La patience du diable ». Un énorme coup de cœur pour « La boite de Pandore » et une très grosse déception pour « Et tu trouveras le trésor qui dort en toi ». Et pour vous, de belles découvertes ce mois-ci ?

Livres lus :

-Et tu trouveras le trésor qui dort en toi, Laurent Gounelle

-La boite de Pandore, Bernard Werber

-La patience du diable, Maxime Chattam

-Reine de cendres, Erika Johansen

-Horrora borealis, Nicolas Feuz

-L’atelier des sorciers tomes 1,2,3, Kanome Shirahama

-Black butler tome 26, Yana Toboso

-Les mémoires de Vanitas tome 5, Jun Mochizuki

-Noragami tomes 17,18, Adachitoka

-The ancient magnus bride tome 9, Kore Yamazaki

-The promised neverland tome 4, Kaiu Shirai et Pozuka Demizu